Le Président Trump n’a pas le droit de bloquer ses opposants sur Twitter

Technologies de l'information
Outils
TAILLE DU TEXTE

La justice américaine interdit au Président des Etats-Unis de bloquer ses opposants sur Twitter, le pouvoir de réagir aux tweets présidentiels s’inscrivant dans l’exercice de la liberté d’expression.

Une plainte a été déposée par une organisation américaine de défense de la liberté d'expression, au nom de sept personnes "bloquées" par le Président Donald Trump sur le réseau social Twitter. Le blocage les empêchait de voir les tweets postés par ce dernier et d'y répondre directement. Le 23 mai 2018, un juge fédéral de New-York a jugé que la possibilité de réagir aux fréquents tweets présidentiels, en les commentant, s'inscrivait dans l'exercice de la liberté d'expression protégée par le premier amendement de la Constitution américaine. Le Président a donc commis une faute en bloquant ses (...)

L'article complet est réservé aux abonnés

Vous êtes abonné(e) à LegalNew ? Identifiez-vous
Je m'identifie
Pour découvrir nos formules d'abonnement,
Je m'abonne