L’École de Droit de Sciences Po, Clifford Chance, Bredin Prat et White & Case décernent les prix de la 15ème édition du Concours d'Arbitrage International de Paris (CAIP)

On en parle
Outils
TAILLE DU TEXTE

L’épreuve finale de la 15ème édition du Concours d’Arbitrage International de Paris s’est tenue le 17 juin 2020 au sein du cabinet White & Case.

Après une phase écrite éliminatoire consistant en la rédaction de 2 mémoires pour le demandeur et le défendeur, auxquelles 25 équipes ont participé dont 19 équipes françaises et 6 équipes étrangères, 8 équipes ont été sélectionnées pour la demi-finale qui a eu lieu le mardi 16 juin 2020 au sein du cabinet White & Case devant 4 jurys constituant des tribunaux arbitraux.

Les membres du jury ont sélectionné, sur la qualité des mémoires et des plaidoiries, 4 équipes qui se sont affrontées le mercredi 17 juin 2020 lors de l’épreuve finale de plaidoirie. Cette finale, non-ouverte au public, a eu lieu devant un tribunal arbitral simulé composé de personnalités du monde de l’entreprise et de l’arbitrage :

  • Pierre Tercier (Président), Professeur émérite de l'Université de Fribourg (Suisse), Président honoraire de la Cour internationale d'arbitrage de la CCI (Paris)
  • Dany Cohen, Professeur des Universités à Sciences Po
  • Diego de Lammerville, Avocat associé, Clifford Chance
  • Charles Nairac, Avocat associé, White & Case
  • Tim Portwood, Avocat associé, Bredin Prat
  • Karolina Rozycka, Avocate, Clifford Chance
  • Elizabeth Oger-Gross, Avocate associée, White & Case

Après délibération, le tribunal arbitral simulé a décerné le premier prix à l’équipe de l'Université de Buenos Aires composée de Mercedes Arévalo, Milena Klimberg Van Marrewijk (titulaires), Trinidad Inés Basaldúa (suppléante) et supervisée par Mme Laura Camila Zinnerman. Cette équipe a reçu un prix de 8 000 euros des cabinets d’avocats partenaires Clifford Chance, Bredin Prat et White & Case avec un stage de 6 mois dans l’un de ceux-ci offert aux deux membres titulaires et un abonnement aux éditions Lamy/Wolters Kluwer.

Le tribunal arbitral simulé a décerné le second prix à l’équipe de l'Université Paris-Est Créteil (UPEC) composée d'Anaïs Asayesh Naeini, André-Martial Ngoumou (titulaires), Sadok Bchir, Khanh Linh Mai (suppléants) et supervisée par Marie-Élodie Ancel. Cette équipe a reçu un prix de 4 000 euros des cabinets d'avocats partenaires Clifford Chance, Bredin Prat et White & Case et un abonnement aux éditions Lamy/Wolters Kluwer.

Le prix du meilleur orateur a été décerné à Diane Nyessi de l'Université de Versailles - Paris Saclay et André-Martial Ngoumou de l'Université Paris-Est Créteil (UPEC).

Le prix du meilleur mémoire a été décerné à l’équipe de l’Université de Georgetown composée de Chloé Nateghi, Olivia Le Menestrel (titulaires), Sibilla Grenon, Emeline Laborey (suppléantes) et supervisée par M. Jonathan Chevry.

Le Concours d’Arbitrage International de Paris a été créé en 2005 par l’École de Droit de Sciences Po en partenariat avec Clifford Chance. Cette année, il est co-organisé par l’École de Droit de Sciences Po et les cabinets d'avocats d'affaires Clifford Chance, Bredin Prat et White & Case en partenariat avec la Cour Internationale d’Arbitrage de la Chambre de Commerce Internationale (ICC) et les éditions Wolters Kluwer France. Un Comité d’organisation est constitué afin d’assurer le bon déroulement du Concours. L’association « Paris, Place d’Arbitrage » soutient le Concours d’Arbitrage International de Paris.

Le Concours bénéficie d'une renommée mondiale. À ce jour, près de 1 900 étudiants de 22 nationalités représentant 65 universités de 4 continents ont participé au Concours.

Le Concours est gratuit et ouvert aux étudiants du monde entier provenant d'établissements/écoles/centres de formation en droit ou dont une partie du cursus porte sur l’étude du droit. Il se déroule en langue française, par équipes formées de 2 membres titulaires et de 2 à 4 membres suppléants venant tous du même établissement.

Le Concours porte sur un cas fictif de droit international avec des enjeux économiques qui, cette année, oppose deux sociétés. Pour répondre aux diverses questions du problème, les participants au Concours se sont penchés sur plusieurs thèmes centraux et questions d’actualité du droit de l’arbitrage et du droit commercial international.

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.