UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Prestation compensatoire : les circonstances antérieures au mariage ne doivent pas être prises en compte

Famille
Outils
TAILLE DU TEXTE

Pour refuser une demande de prestation compensatoire, il n’est pas possible de revendiquer que la grande disparité financière entre les époux existait déjà avant le mariage : les circonstances antérieures à l’union ne doivent pas servir de fondement à la décision.

Un jugement a prononcé le divorce de M. Y. et Mme X. Celle-ci a alors formé une demande de prestation compensatoire. Dans un arrêt du 22 juin 2016, la cour d’appel de Nîmes a rejeté la demande de prestation compensatoire. Elle a en effet relevé que même s’il existait une forte disparité entre les situations financières des époux, cet élément préexistait au mariage et s'est maintenue par la suite malgré l'union. Le 11 avril 2018, la Cour de cassation casse l’arrêt rendu par les juges du fond. Au visa des articles 270 et 271 du (...)

L'article complet est réservé aux abonnés

Vous êtes abonné(e) à LegalNews ? Identifiez-vous
Je m'identifie
Pour découvrir nos formules d'abonnement,
Je m'abonne