Bilan national des entreprises 2021 : L’entrepreneuriat français révolutionné par la crise sanitaire

Etudes et Documents
Outils
TAILLE DU TEXTE

Le Conseil national des greffiers des tribunaux de commerce dévoile les résultats complets du Bilan national des entreprises 2021, élaboré par l'institut Xerfi Spécific. Alors que le « mur des faillites » a bien été évité en 2021, la transformation du tissu entrepreneurial s’est accélérée avec deux grandes tendances en miroir : une explosion des créations d’entreprises, tirées par une économie numérique de plus en plus féconde, et une envolée des radiations d’entreprises, manifestement accélérées par les incertitudes liées à la crise sanitaire.

Un entrepreneuriat en plein boom, porté par le numérique

Le Registre du commerce et des sociétés (RCS), qui rassemble 80 % des acteurs économiques français, a enregistré la création de 611 264 entreprises en 2021, soit une progression de plus de 30 % à un an d’intervalle. Nous cumulons ainsi près de 150 000 immatriculations de plus qu’en 2020, année déjà record pour l’entrepreneuriat français.

L’esprit d’entreprendre français a été particulièrement stimulé par l’économie numérique. La crise sanitaire ayant accéléré la digitalisation de nos modes de vie et de consommation, certains secteurs ont connu un véritable boom entrepreneurial :

- Transport et entreposage : une multiplication par deux du nombre d’entreprises créées (+ 103 % d’immatriculations enregistrées par rapport à 2020). Le secteur est particulièrement porté par le développement de la livraison à domicile (près d’une entreprise créée sur sept en 2021), du e-commerce et plus généralement des services en ligne.

- Vente en ligne : une hausse de 35 % du total des entreprises créées, après l’explosion de 2020 (+ 70,5 %).

- Enseignement, santé et action sociale : les opportunités croissantes dans la formation, l’accompagnement et le coaching font croître de 43 % le nombre d’entreprises créées dans le secteur, avec un pic à + 79,5 % dans la formation continue d’adultes.

Un pic d’entreprises radiées

Si les défaillances d’entreprises ont poursuivi leur chute (- 10,8 % par rapport à 2020), 310 372 entreprises ont disparu du Registre du commerce et des sociétés en 2021, soit près de 75 000 radiations supplémentaires par rapport à 2020.

Une majorité relative de ces radiations d’entreprises (47,3 %) intervient suite à une décision volontaire du dirigeant. Face aux incertitudes liées à la pandémie et au maintien des dispositifs de soutien, certains chefs d’entreprises sont ainsi contraints de mettre brutalement fin à leur activité, sans ouvrir de procédure collective susceptible de résoudre leurs difficultés financières.

Présidente du CNGTC, Maître Sophie Jonval a déclaré : « La vivacité de l'entrepreneuriat en 2021 a été exceptionnelle, alors que le niveau de 2020 avait déjà été inédit. Toutefois, l’explosion des radiations laisse à penser que les dirigeants ont pris la décision d'arrêter leur activité sans même avoir recours aux procédures de prévention ou de traitement des difficultés des entreprises à leur disposition, nous le regrettons. »

Les chiffres clés du bilan national des entreprises 2021

  • 611 264 immatriculations d’entreprises, soit + 30,3 % à un an d’intervalle

  • 310 372 radiations d'entreprises, soit + 30,7 % par rapport à 2020

  • 24 649 ouvertures de procédures collectives, soit -10,8 % en un an

  • 23 % des créateurs d’entreprises ont moins de 30 ans

  • 36 % des immatriculations sont des entreprises individuelles (+ 41,5 % en un an)

  • + 36,3 % d’immatriculations dans les Hauts-de-France et + 35,7 % en Auvergne-Rhône-Alpes

  • + 63,5 % de radiations dans les Hauts-de-France

L'annuaire du Monde du Droit