M&A Index d'Allen & Overy : De nouvelles incertitudes retardent la reprise des fusions-acquisitions

Etudes et Documents
Outils
TAILLE DU TEXTE

Allen & Overy publie la dernière version de son Index M&A constatant le retard de la reprise des fusions-acquisitions.

allenovery320

Le Royaume-Uni demeure le marché le plus attractif pour les acquéreurs, après les Etats-Unis, selon le dernier M&A Index d’Allen & Overy. Les acquéreurs étrangers ont réalisé 36 acquisitions au Royaume-Uni pour un montant de 35 milliards de dollars au cours du premier semestre 2013 (par rapport à 43 opérations pour un montant de 41 milliards de dollars au premier semestre 2012). De leur côté, les entreprises britanniques ont effectué 29 acquisitions à l’étranger pour un montant de 18,5 milliards de dollars au premier semestre 2013 (40 acquisitions pour 20,5 milliards de dollars l’année dernière), dont la principale est l’acquisition de Kabel Deutschland par Vodafone pour 7,7 milliards de dollars.

Les USA restent le marché de prédilection pour les acquéreurs étrangers (avec 56 acquisitions pour un montant de 44 milliards de dollars au premier semestre 2013) et sont les plus actifs sur les acquisitions à l’étranger (avec 83 opérations pour un montant de 78 milliards de dollars au premier semestre 2013). L’intérêt des acquéreurs étrangers pour les sociétés chinoises a augmenté, avec 24 opérations conclues au cours du premier semestre 2013 pour une valeur de 8,9 milliards de dollars (à comparer à 13 opérations d’une valeur de 5,3 milliards de dollars sur la même période en 2012).

Dans un contexte de ralentissement global des fusions-acquisitions, le niveau d’activité au Royaume-Uni est en hausse au deuxième trimestre, même si, pour le premier semestre, il était inférieur de 21 % par rapport à 2012. Le volume global des fusions-acquisitions a baissé de 29 % au premier semestre 2013, le nombre total d’opérations chutant à 895, ce qui représente le semestre le plus bas depuis 2009 qui fait écho aux incertitudes économiques et politiques accrues.

Au deuxième trimestre 2013, les inquiétudes sur l’avenir de l’euro ont persisté et la reprise tant espérée des fusions-acquisitions s’est faite attendre du fait de l’apparition de nouvelles sources d’inquiétude. Aux Etats-Unis, l’intention de la Réserve Fédérale de réduire son programme d’achat d’obligations a fait craindre une hausse des taux d’intérêts. Partout ailleurs, le ralentissement de l’économie chinoise continue de nourrir les inquiétudes, tandis que les manifestations massives au Moyen-Orient et au Brésil et les fortes dévaluations de devises sur de nombreux marchés émergents ont engendré de fortes turbulences sur les marchés.

En dépit d’une activité morose, le M&A Index donne de bonnes raisons de rester optimiste, comme le commente Jean-Claude Rivalland, Managing Partner d’Allen & Overy Paris : “En dépit des nombreux troubles politiques et économiques auxquels les investisseurs sont actuellement confrontés, nous continuons de croire que les marchés de fusion-acquisition se renforcent et vont se reprendre d’ici la fin de l’année. Les taux d’intérêt restent historiquement bas, les entreprises et les sociétés de capital-investissement ont toujours de larges réserves de liquidités et la mise à disposition des financements continue de s’améliorer lorsqu’il s’agit de bonnes transactions. Même en Europe, nous observons beaucoup plus d’opérations potentielles, ce qui semble annoncer un deuxième semestre plus actif. Les risques peuvent être transformés en opportunités : la fortune sourit aux audacieux.”

Cette édition du M&A Index met l’accent sur certaines opérations transfrontalières importantes du deuxième trimestre 2013, dont la plus importante jamais conclue en Asie par une banque japonaise (offre publique d’achat volontaire de Bank of Tokyo-Mitsubishi sur une banque thaïlandaise, Bank of Ayudhya) et la plus grosse acquisition américaine par une société chinoise (offre acceptée de Shuanghui International sur Smithfield Foods). Parallèlement, la concurrence autour de certains megadeals aux Etats-Unis reste féroce, comme le démontrent la bataille pour le contrôle de Sprint Nextel et la bataille en cours sur l’avenir de Dell. Le rapport souligne une autre question importante, à savoir la montée de l’activisme soutenu des actionnaires, certains investisseurs dans des sociétés américaines (notamment PepsiCo, Microsoft et le géant pétrolier Hess) s’invitant désormais dans la définition de la stratégie d’entreprise.

Le M&A Index, élaboré par Allen & Overy à partir d’études trimestrielles indépendantes, propose des observations, des analyses de marché ainsi qu’une analyse des principaux acquéreurs transfrontaliers et marchés cibles mondiaux. Sont prises en compte les opérations de fusion-acquisition réalisées au niveau mondial d'une valeur d’au moins 100 millions de dollars. Le dernier rapport fait ressortir les tendances mondiales suivantes :

  • Les craintes autour de l’avenir de l’euro persistent et les économies de l’Europe occidentale s’inscrivent toujours dans un cycle de faible croissance. Même si le trimestre fut calme, des opérations de taille notable ont toutefois été conclues et le nombre d’opérations potentielles en Allemagne, aux Pays-Bas, au Royaume-Uni et en France semble plus prometteur qu’auparavant.
  • Le marché américain des fusions-acquisitions continue sa progression au deuxième trimestre. Malgré un contexte économique incertain, on note un sursaut des megadeals compétitifs et une forte augmentation de l’activisme des actionnaires.
  • Les mesures radicales exigées par le Ministère de la Justice américain pour approuver la fusion entre AB InBev et son concurrent, Groupo Modelo, représentant une valeur de 20 milliards de dollars, ont l’avantage de montrer aux futurs acquéreurs ce à quoi ils doivent s’attendre de la part des autorités de la concurrence aux Etats-Unis.
  • En Chine, où il est plus facile pour les entreprises publiques d’obtenir un financement pour leurs opérations, l’incertitude demeure pour savoir si les réformes du gouvernement ouvriront le marché aux sociétés privées.

 

Au niveau mondial, liste des 20 premiers acquéreurs transfrontaliers, S1 2013 

Place

Pays

Volume des opérations

Valeur des opérations en  millions de dollars

1

Etats-Unis

83

             78,031

2

Royaume-Uni

29

             18,491

3

Chine

24

             24,029

4

Canada

23

             24,648

5

Hong Kong

23

             10,397

6

Japon

15

               7,083

7

France

15

               6,342

8

Singapour

12

               5,385

9

Suisse

9

               3,661

10

Pays-Bas

8

             14,809

11

Allemagne

8

               4,359

12

Corée du Sud

8

               3,199

13

Suède

8

               2,463

14

Danemark

6

               2,831

15

Luxembourg

6

               2,454

16

Ireland

6

               1,146

17

Australie

6

                  795

18

Qatar

5

               2,501

19

Espagne

4

               1,059

20

Bermudes

4

                  827

 

Au niveau mondial, liste des 20 premiers marchés ciblés pour les opérations de fusion-acquisition, S1 2013

Place

Pays

Volume des opérations

Valeur des opérations en millions de dollars

1

Etats-Unis

56

44,069

2

Royaume-Uni

36

34,975

3

Canada

24

10,924

4

Chine

24

8,962

5

Australie

20

9,518

6

Allemagne

17

11,479

7

Inde

11

9,947

8

Pays-Bas

9

15,977

9

Espagne

9

4,496

10

France

8

3,893

11

Brésil

8

3,344

12

Italie

7

3,068

13

Hong Kong

7

3,006

14

Irlande

6

21,373

15

Israël

6

4,018

16

Norvège

6

1,697

17

Singapour

5

4,270

18

Japon

5

1,116

19

Finlande

5

1,098

20

Suède

5

965

 

Intégralité du rapport sur : http://www.allenovery.com/SiteCollectionDocuments/MAIndexH1-2013.pdf

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.