Coronavirus (COVID-19) : le gouvernement va mobiliser 45 milliards d'euros pour soutenir les entreprises et les salariés

Institutions
TAILLE DU TEXTE

Le ministre de l’Economie Bruno Le Maire a présenté mardi 17 mars le plan de soutien de 45 milliards d'euros afin de permettre aux entreprises de faire face à la crise du Coronavirus.

Bruno Le Maire a annoncé que le gouvernement allait mobiliser de manière « immédiate » 45 milliards d'euros pour soutenir les entreprises et les salariés « qui mélange des mesures de trésorerie et des mesures budgétaires », 300 milliards d'euros comme montant de la garantie de l'État sur les prêts bancaires et 1.000 milliards d’euros comme le montant de la garantie des prêts bancaires par les puissances publiques européennes.

Le gouvernement prévoit également, dans les situations les plus difficiles, des remises d’impôts directs pouvant être décidées dans le cadre d'un examen individualisé des demandes, le report du paiement des loyers, des factures d'eau, de gaz et d’électricité pour les plus petites entreprises en difficulté, une aide de 1.500 € pour les plus petites entreprises, les indépendants et les microentreprises des secteurs les plus touchés grâce au fonds de solidarité ainsi que le maintien de l'emploi dans les entreprises par le dispositif de chômage partiel simplifié et renforcé.

En ce qui concerne le dispositif de chômage partiel, il s'agit de « mesures de chômage partiel sur deux mois qui sont des mesures exceptionnelles puisqu’elles consistent à mettre en place en France, pour la première fois de notre histoire, un dispositif de chômage partiel qui couvre l’ensemble des salariés au-delà d’un SMIC, avec un coût global que nous évaluons à 8,5 milliards d’euros sur deux mois », a précisé le ministre.

S'agissant des reports de charge, il y a « 32 milliards d'euros de reports de charges fiscales et de reports de charges sociales sur le mois de mars. Je précise quelques points qui sont importants : dans ces charges fiscales, il n'y a que les impôts directs, il n'y a pas les impôts indirects. Je précise également qu’à la fin de la crise, nous ferons évidemment l'évaluation de la situation des entreprises et si ce report doit se transformer en annulation pour certaines entreprises, au cas par cas, nous pouvons envisager cela ».

Enfin, le fonds de solidarité pour les petites entreprises de moins de 1 million de chiffre d'affaires, donc TPE, indépendants, micro entrepreneurs, va représenter environ 2 milliards d'euros de dépenses publiques sur deux mois.

Arnaud Dumourier (@adumourier)

Voir aussi :

L'annuaire du Monde du Droit

Débats du Cercle 2021 : interview de Laure Lavorel, présidente du Cercle Montesquieu

Débats du Cercle 2021 : interview de Beatrice Bihr, Secrétaire Général, Groupe Servier