UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

25 ans du Conseil national des barreaux (CNB)

Institutions
Outils
TAILLE DU TEXTE

Le Conseil national des barreaux (CNB) a fêté ses 25 ans le 5 juillet dernier.

Le 5 juillet 2017, le CNB a célébré ses 25 ans en présence de Nicole Belloubet, nouvelle garde des Sceaux, ministre de la Justice.

La ministre a ainsi réservé sa première sortie officielle à la profession d'avocat en s'exprimant devant sa représentation nationale, en présence de ses prédécesseurs, Jean-Jacques Urvoas, Christiane Taubira et Henri Nallet, ancien garde des Sceaux de 1990 à 1992, qui a pris la parole pour évoquer les conditions dans lesquelles la loi du 31 décembre 1990 instituant le Conseil national des barreaux a été votée et les enjeux de doter la profession d'une représentation unique auprès des pouvoirs publics.

CNB 25ans3

Les anciens présidents du CNB ont apporté leur témoignage, avant que le président Pascal Eydoux ne prononce un discours remerciant ses prédécesseurs : "Chaque Président a, selon sa personnalité, apporté sa vision de la fonction, forgeant son expérience institutionnelle et faisant front aux défis auxquels notre profession a toujours été confrontée. Chacun a fait évoluer l’institution, l’a développée, l’a renforcée. (...) Que chacun des Présidents soit ici remercié pour sa foi dans la nécessité de cette institution nationale qui porte la voix réunie des avocats et de leurs barreaux.".

Par ailleurs, il a évoqué la nécessité de faire évoluer le CNB pour obtenir davantage d'unité au sein de la profession : "Le Conseil national des barreaux doit changer et évoluer. Tels sont les fondements sur lesquels nous devons assumer la responsabilité de notre évolution nécessaire. Ma conviction est que nous devons profiter de la maturité de notre institution nationale pour la faire évoluer afin que notre profession soit toujours plus unie et partant mieux respectée dans l'ensemble de ses champs de compétence tant il est vrai que le respect ne se revendique jamais mais se mérite toujours". Selon lui, cette unité se fera par un changement du mode de secrutin "rapprochant les élus de l’ensemble des avocats qui doivent les élire au suffrage universel. Ce mode est le seul de nature à représenter au sein de l'institution nationale toutes les forces politiques de la profession."

Le vice-président du Conseil d Etat, Jean-Marc Sauvé, a conclu par un discours sur l'étendue du pouvoir normatif du CNB au prisme de la jurisprudence du Conseil d'Etat, déjà publié sur son site officiel.

Arnaud Dumourier (@adumourier)