UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Nicole Belloubet, ministre de la Justice : " C'est une charge dont je mesure qu’elle constitue également un défi capital pour la République"

Institutions
Outils
TAILLE DU TEXTE

Passation de pouvoirs entre François Bayrou et Nicole Belloubet au ministère de la Justice.

Ce jeudi 22 juin a eu lieu la passation de pouvoirs au ministère de la Justice, entre François Bayrou et Nicole Belloubet.

"En quatre semaines, nous avons beaucoup agi (...) nous avons pu mettre sur pied la loi sur la moralisation de la vie publique", s"est félicité François Bayrou.
Sur la moralisation de la vie publique, "c'est une réforme, un travail en profondeur dont vous allez avoir la charge de le présenter au Parlement et de le faire adopter, sur lequel vous allez rencontrer un certain nombre de résistances. Explicites ou plus souvent encore implicites. Tous ceux qui, pour une raison ou pour une autre, et les raisons sont nombreuses – elles tiennent à la situation des parlementaires ou elles tiennent à tous ceux qui ont intérêt à ce qu’on puisse influencer la décision des parlementaires dans l’avenir, on va dire des lobbies pour simplifier –, chercheront à retarder ou à annihiler le travail de réforme que le projet de loi propose", a prévenu le Président du Modem. François Bayrou a également évoqué les autres chantiers comme la réforme de l'indépendance des parquets, la situation des prisons et la transition numérique.

Nicole Belloubet, nouvelle garde des Sceaux, ministre de la Justice, a rendu hommage à son prédécesseur : "Vous avez fait des choix dont je sais qu'ils ont été difficiles, je suis avec vous pour les jours qui vont venir", a-t-elle affirmé, avant d'espérer obtenir "la réussite que vous méritiez". Ellle s'est dit très émue "parce que c’est une charge, celle qui m’incombe désormais, que m’a confiée le président de la République, sur la proposition du Premier ministre, c’est une charge dont je mesure l’importance et dont je sais, surtout en venant de vous entendre car je n’ai pas fait que vous écouter, je vous ai vraiment entendu, c’est une charge dont je mesure qu’elle constitue également un défi capital pour la République et pour les Français, tout simplement".

Arnaud Dumourier (@adumourier)