Directions juridiques : se transformer pour être en phase avec les priorités de l’entreprise

Décryptages
TAILLE DU TEXTE

La dernière enquête Global Law Survey, menée conjointement par EY Société d’Avocats et le Harvard Law School Center on the Legal Profession, montre que les directions juridiques doivent apportent des changements à leurs modèles de fonctionnement pour s'aligner sur les priorités de l'entreprise dans un contexte de réduction des coûts.

Quelles sont les priorités de l’entreprise pour les directions juridiques ? A cette question l’enquête Global Law Survey révèle cinq priorités : la gestion des risques, répondre à l’inefficacité des contrats, réduire les coûts, investir dans la technologie et l’amélioration des processus et adapter la prestation juridique en internalisant ou externalisant certaines missions.

Optimiser la gestion des risques

En qui concerne la gestion des risques qui apparaît comme la principale priorité pour plus de la moitié des personnes interrogées, les réponses des directeurs juridiques montrent qu'il y a un travail important à faire dans ce domaine. En effet, 68% des d’entre eux déclarent ne pas disposer d'informations exactes et à jour sur leurs entités juridiques. Ce manque de transparence limite la capacité des services juridiques à rendre compte des risques fiscaux et de gouvernance d'entreprise auxquels leurs organisations sont confrontées. De même, 65% déclarent ne pas disposer de toutes les données et technologies nécessaires pour répondre efficacement à une violation de données, ce qui engendre des risques liés à la conformité et à la confidentialité des données.

« La gestion des risques est le sujet sur lequel il y a aura le plus de transformation dans les années à venir. Notre étude montre qu’il faut des données facilement accessibles et utilisables pour avoir une gestion des risques plus factuelle. Nous avons mis en évidence certains chiffres très étonnants : environ 70%des directeurs juridiques répondants disent ne pas maitriser les données sur leurs entités juridiques. 70% n’ont pas de processus contractuel qui fonctionne bien, 70% environ n’arrivent pas à extraire les données sur les contrats, ne comparent pas les modèles et les déviations par rapport aux modèles ! »observe Virginie Lefebvre-Dutilleul Avocat Associé EY Société d’Avocats, Responsable des solutions EY de transformation de la Fonction Juridique.

Réduire les coûts

80% des directions juridiques vont avoir pour objectif de diminuer leurs coûts d’environ 15% à 25% dans les trois prochaines années. L’objectif est de faire mieux avec moins ou avec tout autant alors qu’en même temps les directeurs juridiques prévoient une hausse des besoins juridiques de plus de 25% dans les trois prochaines années ce qui devrait nécessiter des changements opérationnels.

Rendre plus efficaces le processus contractuel

L’étude révèle que les chefs d'entreprise considèrent que l'inefficacité des contrats a un impact sur la croissance des revenus. Presque tous les responsables du développement commercial affirment avoir du mal à travailler avec leurs services juridiques sur des questions liées à la passation des contrats - 50% déclarant que les inefficacités dans le processus de passation des contrats ont entraîné une perte d'activité.

Investir dans la technologie juridique et l'amélioration des processus

Les directeurs juridiques estiment que l'utilisation accrue de la technologie offre la meilleure opportunité de réaliser des économies. Pourtant, ils obtiennent difficilement le budget nécessaire pour acquérir la technologie et améliorer les processus.

Sur le besoin de transformation, 80% des personnes interrogées indiquent que la fonction juridique est en train de changer, mais lorsque l’on regarde de près les types de solutions qui sont mises en place, il apparaît que plus de la moitié sont des solutions appelées tactiques c’est-à-dire qu’elles ont un besoin particulier peut-être dans l’immédiat. 38% expriment un besoin de repenser la façon de fonctionner et 30% pensent à envisager de « co-sourcer » certains aspects de la fonction juridique. « Dans les sujets existants aujourd’hui, il y a la gestion des sociétés qui est assez peu outsourcée.Ce qui est le plus out-sourcé d’après les répondants français, ce sont les recherches réglementaires et le Legal Operation Support. Le Contrat Management intervient en troisième position : 8% des directions juridiques ont un out-sourcing large et 51% disent avoir un out-sourcing dans une certaine mesure, cette pratique étant plus développée à l’étranger » relève Virginie Lefebvre-Dutilleul.

Arnaud Dumourier (@adumourier)

L'annuaire du Monde du Droit

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.