Baromètre Infogreffe : L'entrepreneuriat féminin continue de progresser

Etudes et Documents
Outils
TAILLE DU TEXTE

À l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, Infogreffe dévoile son baromètre de l’entrepreneuriat au féminin. Il s'appuie sur les données des 625 745 entreprises immatriculées au registre du commerce et des sociétés en 2022. La part d’entrepreneuses en France continue de progresser légèrement, même si les secteurs d’activité dans lesquels elles sont le plus représentées demeurent les mêmes.

Une augmentation d’ 1,2 pt % de femmes entrepreneures en 2022

Un peu plus d’un tiers des dirigeants ayant immatriculé leur entreprise en 2022 sont des femmes : sur les 625 745 entreprises créées, 33,5% l’ont été par des femmes, contre 32,3% en 2021. Ce constat s’inscrit dans la continuité d’une progression linéaire de leur nombre, et même de la plus forte progression depuis la crise sanitaire. Elles étaient en effet 32,3% en 2021, 32,1% en 2020, 27,2% en 2019 et 27,3% en 2018.
 
Comparativement à l’an passé, les femmes sont en revanche plus nombreuses à diriger de manière exclusive des entreprises : 21,6% (soit 134 926 entreprises) le font en 2022, pour 61,3% pour les hommes. Elles étaient 19,9% en 2021. Le nombre d’entreprises dirigées à la fois par des hommes et des femmes reste à un taux quasi-similaire à l’an dernier, à hauteur de 17,1%.
 
L’âge moyen des dirigeants d’entreprises s’allonge en 2022 : 43 ans pour les femmes et 42 ans pour les hommes. C’est pour chacun un an de plus qu’en 2021, en conservant le ratio d’un an de plus pour les femmes par rapport aux hommes. Ce chiffre reproduit ainsi la même moyenne qu’en 2020. 

La représentation des femmes entrepreneures toujours élevée dans les mêmes secteurs : habillement, textiles et services personnels en tête

En matière de création d’entreprise, les femmes entreprennent toujours majoritairement dans certains secteurs, comparé aux hommes. C’est le cas notamment pour l’industrie de l’habillement et la fabrication de textiles, respectivement à hauteur de 76,3% et 73,4% du marché. Ce classement de tête demeure ainsi inchangé par rapport à 2021. Sur les marches suivantes du podium, on retrouve les services personnels (68,3%), les autres industries manufacturières (67,9%) et l’aide sociale sans hébergement (66,8%).
 
À l’inverse, certains secteurs sont loin d’atteindre la parité en matière de représentativité, notamment le secteur de la réparation et l’installation de machines et d’équipements, où un entrepreneur sur vingt seulement est une femme (5,8%). Cette statistique descend à un entrepreneur sur treize dans les secteurs des travaux de construction spécialisés (7,4%) et la fabrication de machines et d’équipements n.c.a. (7,8%), mais confirme la prépondérance masculine de ces domaines d’activité.

Une meilleure répartition territoriale de la création d’entreprise au féminin, les DROM toujours en tête

À l’instar de l’an dernier, les territoires français où l’entrepreneuriat féminin est le plus important sont les DROM : Mayotte (43,1%), la Martinique (40,8%), la Guyane (39,9%) et la Guadeloupe (38,9%).

Concernant les entreprises de France métropolitaine, le top trois des créations d’entreprises en 2022 est occupé par la Bretagne (36,9%), la Corse (36,7%) et la Normandie (36,2%), laissant entrer une région du Sud dans ce classement par rapport à l’an dernier.
 
À l’inverse, les régions comptant le moins d’entrepreneuses en 2022 figurent parmi les plus dynamiques de l’hexagone (tous secteurs et sexes confondus), notamment l’Auvergne Rhône-Alpes (32,7%) et l’Île-de-France (29,5%) qui ferment la marche.

L'entrepreneuriat des femmes de nouveau surreprésenté pour les sociétés civiles et les SCI

Selon les statuts juridiques des entreprises créées en 2022, la proportion de femmes dans chaque catégorie connaît des disparités. Néanmoins, chacune enregistre une légère augmentation par rapport aux chiffres de 2021. Ainsi, les femmes sont représentées à 41,4% et 40,2% dans les sociétés civiles et les SCI, contre 26,8% et 23,1% dans les SARL et les SAS.

Dieudonné Mpouki, Président d’Infogreffe, souligne que : « En tant que partenaire de confiance de l’économie française, Infogreffe a toujours mis un point d’honneur à ce que chacun et chacune puisse entreprendre facilement et en toute sécurité. Grâce à ce baromètre, les Françaises nous montrent que leur soif d’entreprendre gagne du terrain d’année en année. Même si elles ne sont pas encore aussi nombreuses à se lancer dans l’aventure entrepreneuriale que leurs homologues masculins, nous pensons en cette journée internationale des droits des femmes qu’il est essentiel de les encourager à développer et concrétiser leurs projets. Pour cela, Infogreffe et les greffiers des tribunaux de commerce restent à leurs côtés en 2023 et au-delà, pour leur proposer toujours plus de solutions et d’outils concrets pour leur entreprise. Nous croyons en nos talents féminins français ! ».

femmes entrepreneuriat2022


Grenelle du Droit 5 : Thomas Baudesson, candidat au co-bâtonnat de Paris

Grenelle du Droit 5 : Louis Degos, candidat au bâtonnat de Paris

Grenelle du Droit 5 : Besma Boumaza, vice-présidente de l'AFJE