L'exposition de cadavres humains n'est licite que sous certaines conditions

Personnes
Outils
TAILLE DU TEXTE

Une exposition à des fins artistiques dénommée "Our Body", ouverte depuis le 12 février 2009, présentait 17 cadavres de Chinois, entiers ou disséqués. Le 30 avril 2009 la cour d'appel de Paris a estimé qu'on pouvait exposer de vrais cadavres humains à des fins pédagogiques mais à condition de fournir la preuve de leur origine. Elle a considéré que ce n’était pas le cas en l’espèce et a donc confirmé la décision du juge des référés qui avait ordonné la fermeture de l'exposition et placé les corps litigieux sous séquestre. En effet, elle a souligné que même si le respect aux dépouilles mortelles n’interdit pas ce type d’exposition, la société organisatrice n’avait pas apporté la preuve qui lui incombait de l’origine licite et non frauduleuse des corps exposés. Enfin, la cette (...)

L'article complet est réservé aux abonnés

Vous êtes abonné(e) à LegalNews ? Identifiez-vous
Je m'identifie
Pour découvrir nos formules d'abonnement,
Je m'abonne
Lex Inside du 15 avril 2024 :

Lex Inside du 5 avril 2024 :

Forum des Carrières Juridiques 2024 : interview de Vanessa Bousardo, vice-bâtonnière de Paris