Publicité comparative : quand Leclerc compare Monoprix à un pigeon

Concurrence / Distribution
Outils
TAILLE DU TEXTE

La cour d’appel de Paris retient que représenter des enseignes concurrentes par des pigeons dans une publicité comparative constitue un dénigrement.

A la rentrée 2018, l’enseigne Leclerc avait lancé une campagne publicitaire où figuraient trois pigeons, et à chacun d’eux était attribué le nom d'un service de livraison concurrent et un pourcentage.  Ce comparatif avec un pigeon n’a pas plu à Monoprix qui a assigné l’enseigne en référé. En septembre 2020, le Tribunal de commerce de Paris a condamné Leclerc à payer 350.000 € de dommages et intérêts à Monoprix en réparation du préjudice subi ainsi que 150.000 € au titre du trouble causé par le dénigrement et de l’atteinte à son image. Leclerc a fait appel, arguant que la publicité diffusée n’était pas (...)

L'article complet est réservé aux abonnés

Vous êtes abonné(e) à LegalNews ? Identifiez-vous
Je m'identifie
Pour découvrir nos formules d'abonnement,
Je m'abonne
Lex Inside du 1er juillet 2022 : Bitcoin, JUB et Brevet unitaire, Hehop...

Ténors du Droit - Transformation Technologique : Eight Advisory accélère son développement