Jacques Mestoudjian, Associé, Eversheds

Interviews
TAILLE DU TEXTE

Jacques Mestoudjian, Associé, EvershedsLe Monde du Droit a interrogé Jacques Mestoudjian qui vient de rejoindre Eversheds en qualité d'associé.

Pourquoi avez-vous décidé de rejoindre Eversheds ?

Eversheds proposait un projet très attractif: une équipe à créer et à développer dans un environnement extrêmement international proposant de forts relais de croissance. L’appui des équipes Corporate (Eric Knai et Franck Bourgeois) et Projets (Boris Martor), très actives à Paris, notamment sur le M&A corporate et infrastructure crée des synergies importantes avec ma pratique. Et l’implantation internationale du cabinet (Europe, Middle East, Afrique et Amérique du Sud) et d’équipes fiscales chevronnées à travers le monde me permet de proposer un accompagnement fiscal sur mesure. C’était un point capital dans mon projet entrepreneurial : pouvoir m’appuyer sur des correspondants expérimentés et reconnus sur leurs marchés respectifs.

Pouvez-vous nous décrire votre parcours ?

J’ai fini mon cursus de droit à Dauphine avant de vivre quelques expériences chez les BIG et partir aux USA dans le cadre d’un LLM en fiscalité.
J’intègre ensuite Arsene Taxand en 2006 qui se développe alors fortement sur le marché parisien et à l’international. J’ai grandi avec le projet Taxand, pendant 10 ans, et en tire un enseignement remarquable au plan humain et en matière de développement et d’accompagnement quotidien des clients.
Aujourd’hui le projet Eversheds comprend cette dimension internationale et humaine. Ce nouveau projet est cependant différent et riche de ces différences: la compétence pluri-disciplinaire, l’intégration du réseau, une présence en Afrique et au proche et moyen orient de plus en plus requise sur le marché français, et une locomotive anglaise en tête de train.

Qui a le plus influencé votre carrière ?

Ceux qui m’ont fait confiance et m’ont permis de passer les paliers techniques mais aussi les étapes de la relation client : des avocats expérimentés auprès de qui j’ai appris ce métier et son exigence et des clients dont la confiance m’a permis de grandir.

Quel est votre meilleur souvenir dans votre carrière ?

C’est une question difficile mais avec une activité très orientée sur les transactions, les bons souvenirs concernent les deals: premiers gros closings, premiers pitchs gagnés, et les journées et soirées folles avec les équipes au bureau pour “délivrer” nos chers clients!
J’ai également fait de très belles rencontres avec des avocats jeunes et moins jeunes, des clients, des partenaires.

Quels sont vos domaines de compétences ?

Head of Tax du bureau de Paris m’amène plus que jamais à ne traiter que la fiscalité mais toute la fiscalité, pour paraphraser un vieux sage.
Il s’agit de la fiscalité des flux relative aux transactions internationales, aux opérations de M&A, aux réorganisations fonctionnelles ou juridiques, le financement de projets, la fiscalité indirecte, locale ou personnelle, l’assistance des clients dans leurs relations avec l’administration, du contrôle fiscal au contentieux offensif. En bref, toute question fiscale!
S’il est vrai que mon activité était davantage concentrée sur les clients corporate et les fonds au cours des 10 dernières années, la pratique de l’équipe fiscale d’Eversheds à Paris se veut clairement généraliste, globale et toujours pragmatique.

Quelles sont, selon vous, les actualités marquantes de ces dernières semaines dans ces secteurs d'activité ?

Les questions de fiscalité internationale sont les points les plus sensibles dans la presse (Google, Amazon, McDonalds) mais également pour les professionnels du secteur. L’arsenal de mesure anti-abus et les réflexions au plan international, dont BEPS, sur les mécaniques d’optimisation fiscale conduisent plus que jamais à une grande prudence et à une anticipation des tendances politiques.
A l’inverse, les normes fiscales internationales, notamment européennes, restent un levier formidable d’opportunités pour certaines entreprises notamment dans le cadre de contentieux.

Qui conseillez-vous ?

Principalement des groupes internationaux avec une implantation ou des activités en France et des fonds private equity ou infrastructure à l’occasion de leurs opérations d’acquisition, de cession ou de refinancement.
Pour les groupes, le conseil concerne généralement l’accompagnement sur des questions de fiscalité courante (flux, retraitement, compliance, audit interne, contrôles fiscaux) ou exceptionnel (réorganisation de fonctions internes, acquisition/cession, financement, joint venture, PPP).
Concernant les fonds d’investissement, j’interviens essentiellement sur les audits d’acquisition/cession/refinancement, le structuring et la modélisation fiscale des transactions, avec le cas échéant, le support des équipes fiscales du réseau Eversheds.

Quels sont vos objectifs pour ce cabinet ?

Nous disposons d’une plateforme incroyable au plan mondial pour fournir des services de qualité et un accompagnement global et international à nos clients, quelle que soit la région du monde où ils souhaitent s’installer.
Cette présence ainsi que l’expertise et le pragmatisme de nos avocats nous permettent de fournir des solutions novatrices à nos clients et ainsi renforcer la place du cabinet sur le marché parisien du droit des affaires.

Propos recueillis par Arnaud Dumourier (@adumourier)

L'annuaire du Monde du Droit