UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

« Nous avons identifié qu’une place existait sur le marché du droit des rémunérations »

Interviews
Outils
TAILLE DU TEXTE

Nelly Jean-Marie, Frank Wismer, et Jean de Calbiac, associés d'Avanty Avocats, nouveau cabinet spécialisé en droit des rémunérations et avantages sociaux, détaillent leur projet et précisent leurs objectifs.

Pourquoi avez-vous décidé de lancer AVANTY avocats ?

Au moins deux raisons : d’une part, nous avons identifié qu’une place existait sur le marché du droit des rémunérations pour un cabinet de spécialistes, dans lequel nous serions en pleine maîtrise du choix de nos investissements à la hauteur des enjeux et attentes de nos clients. D’autre part, le projet humain, en permettant à ceux qui nous entourent de se réaliser, notamment par l’association. Il faut du temps pour transmettre le savoir juridique, la rigueur technique, le sens du conseil, puis le goût du développement commercial, et enfin la capacité de management, tout en offrant un cadre de travail bienveillant. Cela explique peut-être que l’intégralité de nos équipes nous ait accompagnée.

Quelle est votre spécificité ? 

Pas une mais trois ! D’abord, la spécialisation, voire l’ultra spécialisation. Notre activité est totalement dédiée à la protection sociale complémentaire et au droit des avantages sociaux et rémunérations. Les trois associés pratiquent toutes ces matières et disposent de disciplines de prédilections (distribution d’assurance, rémunération de dirigeants, contrôle URSSAF et épargne salariale) qu’ils mettent à profit de tous pour garantir la meilleure réactivité et la plus fine analyse. Ensuite, l’investissement sur les nouvelles technologies : rédaction automatisée d’actes collectifs, de contrats d’assurances, validation instantanée de tableaux de garanties de prévoyance/santé par rapport aux obligations conventionnelles : nous connaissons les attentes et les besoins de nos clients et nous savons déployer avec notre partenaire en intelligence artificielle des solutions très performantes. Enfin, l’investissement sur la connaissance. Nous travaillons avec une documentaliste à plein temps et nous garantissons à nos clients un niveau d’information en continu très abouti. Tous nos collaborateurs sont investis par cet objectif. Une telle préoccupation ne nous est, bien évidemment, pas spécifique. Mais nous avons bâti notre cabinet autour de ce service.

Quels sont vos objectifs ?

Dans un premier temps, devenir la marque de référence dans notre environnement. Les premiers signes perçus à ce jour nous laissent à penser que l’on est sur la bonne voie, notamment au regard de la confiance que nos clients (assureurs, courtiers, drh, c&b, actuaires, comité des rémunérations) nous ont accordée dès la création. De prime abord, il n’est pas évident pour un "C&B" d’un grand groupe de référencer un cabinet naissant. C’est pourtant ce qu’il s’est produit dans des volumes significatifs. Les liens que nous avions tissés, la confiance que nous avons générée, l’investissement sur la durée ont payé.

Dans un second temps, conduire nos collaborateurs désireux de se projeter dans la structure, à l’association. Cela implique une logique de croissance qui est clairement la nôtre. Mais nous la vivons uniquement comme une école d’exigence qui nous conduit à n’avoir à l’esprit que la satisfaction du client, la remise en cause continue de nos processus internes, de nos méthodes de travail. L’ambition et l’humilité ne sont pas des notions antinomiques !

Propos recueillis par Arnaud Dumourier (@adumourier)