Virtual Vision : lancement de l’Institut de formation des commissaires de justice dans un monde 100% virtuel

Institutions
TAILLE DU TEXTE

Le mercredi 17 mars, c’est dans un monde 100 % virtuel que l’Institut national de formation des commissaires de justice (INCJ) chargé notamment de la formation initiale de la future profession de commissaire de justice, a décidé d’accueillir sa première promotion, qui verra naître, après un examen de fin de parcours les premiers commissaires de justice en 2023.

À compter de juillet 2022, les professions d'huissier de justice et de commissaire-priseur judiciaire seront en effet amenées à donner naissance à la profession unique de « commissaire de justice ». Des professions très anciennes qui ont su se réunir pour se réinventer. Une démarche à laquelle l’événement de lancement de l’INCJ rend hommage en réinventant la traditionnelle rentrée solennelle présentielle. Avec une première journée portes ouvertes virtuelle et un premier job fair virtuel des professions du droit, l’INCJ ouvre le chemin d’une nouvelle profession tournée vers la modernité qui saura s’adapter aux nouveaux enjeux contemporains.

Avec ce nouvel institut de formation, la Chambre nationale des commissaires de justice (CNCJ) a renouvelé en profondeur le dispositif pédagogique qui accompagnait le stage de deux ans requis pour pouvoir présenter l’examen professionnel d’huissier de justice ainsi que le parcours de formation pour devenir commissaire-priseur judiciaire. Toujours fondés sur l’alternance entre la présence dans les offices et des journées de cours, la philosophie et les contenus pédagogiques ont profondément évolué.

Le dispositif de formation commissaires de justice

Au cours des deux années de formation, les « commissaires de justice stagiaires » alterneront des journées de formation, en classe virtuelle ou en présentiel (pour certains modules de formation), le tout encadré par un fort dispositif d’apprentissage à distance. Aux modules de formation obligatoires fixés par arrêtés s’ajouteront des séminaires sur des matières d’actualité, d’ouverture ou plus généralement consacrés aux soft skills. L’objectif de l’INCJ est de préserver la présence, partout en France, de stagiaires, tout en s’assurant d’une qualité pédagogique exigeante et homogène. Par ailleurs, pour la partie pratique, les stagiaires seront encadrés par un dispositif de tutorat, assuré par leurs maîtres de stage.

400 participants dans un monde 100% virtuel

Plus de 400 personnes ont intégré le monde virtuel pendant la journée du 17 mars, intéressées par la « formation initiale » des commissaires de justice (stagiaires, futurs candidats, salariés, etc.). Les séquences officielles, suivies dans l'auditorium de ce monde virtuel, ont débuté avec l'introduction de Jean-François de Montgolfier, Directeur des Affaires Civiles et du Sceau, qui s'est attaché à souligner – de sa part et de celle du garde des Sceaux, Eric Dupond-Moretti absent à la suite d’un contretemps d'agenda – « le dynamisme de la CNCJ », soulignant « le travail mobilisé pour la création de ce nouvel institut », puis, féliciter les 51 admis à l'examen « qui seront historiquement les premiers à incarner cette nouvelle profession » et de leur adresser tous ses vœux de succès.

Patrick Sannino, président de la Chambre nationale des Commissaires de justice a, quant à lui, souligné sa « fierté d’inaugurer ce nouvel institut de formation très sélectif qui préfigure les compétences et la qualité d’intervention de la toute nouvelle profession de commissaire de justice» puis encouragé les étudiants à « défendre leur ADN et valoriser leur futur métier essentiel de matérialisateur de la preuve, de juriste de proximité, de spécialiste de la signification, de l’exécution ou de la médiation et désormais de l’expertise et de la vente judiciaire » .

Après les interventions d'Agnès Carlier, vice-présidente de la CNCJ et des responsables de la formation de l'INCJ, membres du bureau national, Christine Valès et Philippe Lannon, Sylvie Maunand, conseillère à la cour de cassation et présidente du jury de l'INCJ a précisé les attentes et modalités de ce nouvel examen d'entrée pour tous les futurs candidats.

La rentrée solennelle s'est poursuivie dans ce monde 100 % virtuel autour d'animations et ateliers d’intégration et de cohésion. Des présentations ont été faites sur les formations aux étudiants intéressés par la préparation à l’examen d’entrée à l’INCJ (la prochaine session se déroulera en septembre) mais aussi sur les formations destinées aux salariés des offices (également ouvertes en septembre). Enfin, un « job fair virtuel » a permis aux candidats à la recherche d’un stage ou d’un emploi, de rencontrer différents représentants d’offices et de Chambres régionales.

L'annuaire du Monde du Droit

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.