Gérer le changement ou comment la direction juridique a l’obligation de s’adapter

Décryptages
Outils
TAILLE DU TEXTE

Denis Sauret, co-fondateur de Cost Legalis, estime entre autres que les directeurs juridiques doivent promouvoir, impulser et gérer le changement.

La transformation est aujourd’hui une constante dans la vie de l’entreprise, ce à tous les niveaux et particulièrement pour les directions juridiques. A l’instar de tous les collaborateurs, le juriste est conscient de la nécessité de s’adapter au changement sur de nombreux fronts.

L’inflation des textes législatifs et règlementaires, le développement de nouveaux produits ou services, l’évolution du marché et des conditions commerciales, les fusions, acquisitions ou cessions, les nouvelles technologies et la digitalisation de l’activité ou encore récemment une crise sanitaire, sont autant de situations qui peuvent conduire à des changements organisationnels nécessitant une réponse juridique.

Le directeur juridique est le garant du bon fonctionnement des changements et de leurs efficacités

Dans un contexte plus contraint et de pression budgétaire accrue, le directeur juridique est et sera de plus en plus souvent à l’initiative de changements en réponse à des exigences d’efficacité. Il pourra, par exemple décider de restructurer le département juridique pour améliorer la productivité de ses juristes, introduire de nouvelles méthodes de travail, réallouer les ressources en fonction de leurs valeurs ajoutées, internaliser des tâches jusqu’alors externalisées…

Quelque soit les motifs de ces changements, le directeur juridique devra s’assurer qu’ils s’opèrent sans heurts afin de ne pas obérer les objectifs visés.

La transparence, leitmotiv pour réussir les changements

Les juristes, plutôt conservateurs dans leur pratique professionnelle se méfient toujours du changement. Pourquoi un changement est nécessaire ? Que va-t-il impliquer ? Comment affectera-t-il le travail ?... Pour lever les craintes de ses juristes et plus globalement de l’ensemble de son équipe, il est essentiel de passer du temps à expliquer non seulement les changements nécessaires si possible avec des chiffres à l’appui, mais également la nature des défis auxquels la direction juridique et l’entreprise sont confrontées et pourquoi le changement est important, indispensable et urgent.

La mise en œuvre du changement exige des efforts et de la coopération, le directeur juridique n’y arrivera qu’en instaurant la confiance dès le début et tout au long du processus de changement.

Le directeur juridique doit être le plaidoyer pour le changement

En plus d’être transparent sur les motifs, le directeur juridique doit également être un ardent défenseur de la nécessité du changement. Si les changements sont de son initiative cela sera plus facile car il sera déjà engagé, mais même si la décision ne lui appartient pas et même si, en privé, il n’est pas totalement convaincu il devra en défendre le bienfondé.

Le directeur juridique est le précurseur du changement

Pour être efficace, le changement doit commencer par le sommet. Cela signifie que le Directeur juridique devra montrer l'exemple et ne pas être simplement un porte-parole du changement. Si le changement implique des évolutions dans les pratiques de travail, par exemple, il s’assurera d'être un précurseur. S’il dispose d’une équipe de managers qui lui rend compte, il s’assurera qu’elle adhère au besoin de changement ainsi qu’à la méthodologie envisagée. Rien n'est plus susceptible de miner les arguments en faveur du changement que les divisions au sein de l’équipe managériale.

La capitalisation de la culture de la direction juridique

Mettre en œuvre le changement pour faire les choses différemment (et mieux) ne signifie pas invalider tout ce qui a été réalisé auparavant ni changer toute la culture de la direction juridique. Laisser penser cela rendrait la collaboration et l’adhésion plus difficiles. Bien qu’un certain changement culturel puisse être souhaité, il est souvent payant de travailler avec le meilleur de la culture existante et d’utiliser les éléments les plus alignés sur les changements à apporter, notamment parce que les collaborateurs ont souvent un fort attachement émotionnel à l’identité de l’équipe qu’elles ont rejoint. Bien que les stratégies et les plans de changement soient importants, il ne faut pas oublier d’engager aussi l’équipe juridique sur le plan culturel et émotionnel.

Se faire aider par les influenceurs

Si le directeur juridique pressent que les changements envisagés seront difficiles à accepter, il sollicitera le soutien de collaborateurs dont l’opinion est recherchée et appréciée et qui ont une capacité d’influence. Ce seront ses « champions » du changement. Il peut s’agir de collaborateurs au sein de la direction juridique mais également au-delà lorsqu’il s’agit de changements globaux qui intéressent toute l’entreprise. L'ancienneté n'est pas nécessairement un critère pertinent pour défendre le changement auprès de tous les publics.

La mise en œuvre du changement n’est jamais simple et sans accrocs, il est donc important que le directeur juridique soit en première ligne en particulier si des difficultés surviennent.

Denis Sauret, co-fondateur de Cost Legalis

 

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.