Pascal Druhen-Charnaux : « Nous avons l’intention de réunir au sein de notre structure une quinzaine d’avocats d’ici 2023 »

Interviews
Outils
TAILLE DU TEXTE

Le Monde du Droit a interrogé Pascal Druhen-Charnaux, co-fondateur du cabinet Peren Avocats, cabinet d'avocats indépendant en droit des affaires. Il revient sur la création du cabinet et évoque les objectifs de la nouvelle structure.

Pourquoi avez-vous créé Peren Avocats ?

L’idée de notre association a cheminé assez naturellement.

Nous nous connaissons depuis de nombreuses années et avons pu travailler ensemble pour des clients communs dans nos précédents cabinets, CMS Francis Lefebvre et Mayer Brown notamment.

Nous avons, à ces occasions, réalisé que nous partagions la même approche de notre rôle auprès de nos clients et la même conception de nos pratiques.

Concrètement, nous nous définissons comme des conseils au sens littéral du terme.

Au-delà de l’information juridique « brute », nous considérons que notre rôle est d’aider à la prise de décision en faisant des recommandations pragmatiques, rigoureuses et efficaces à nos clients pour leur permettre d’atteindre l’objectif qu’ils recherchent.

Dans cette perspective, le périmètre des activités de Peren Avocats – corporate/M&A, fiscal et social – était une évidence partagée. Nos compétences sont complémentaires et indissociables les unes des autres, surtout dans le cadre d’opérations de restructuration ou de fusion-acquisition qui font nécessairement appel aux trois disciplines que nous développons. 

Ce constat étant fait, se réunir dans une structure indépendante et agile nous a semblé le moyen le plus pertinent de répondre aux besoins de nos clients.

Quelle est la spécificité de votre cabinet ?

Face à la demande d’un client, un avocat doit évidemment pouvoir répondre à la question du « comment » (comment réaliser telle ou telle opération) mais pour cela il doit aussi être capable de s’interroger et de comprendre le « pourquoi » (quelle est la finalité de l’opération, l’objectif poursuivi, les bénéfices attendus, etc.). 

Nous réfléchissons systématiquement à cette question du « pourquoi » en dépassant l’aspect purement technique afin d’être une force utile de proposition et un partenaire efficace.

Répondre à cette question nécessite de l’expérience et suppose de s’inscrire dans une relation de confiance durable avec nos clients. 

C’est d’ailleurs notre attachement à cette vision commune du métier qui a dicté le choix du nom de notre cabinet.

Quels sont vos objectifs ?

En termes de développement, nous avons l’intention de réunir au sein de notre structure une quinzaine d’avocats d’ici 2023 en étoffant nos différentes pratiques – en fiscal, en corporate/M&A et en social et le cas échéant s’adjoindre des compétences complémentaires. 

Pour autant, nous souhaitons conserver une taille raisonnable et tenons à intégrer des confrères partageant la même conception de notre rôle et les mêmes valeurs.

Enfin, nous avons à cœur de renforcer notre positionnement auprès des fondations et organismes sans but lucratif, dont l’environnement juridique fiscal évolue sans cesse. A ce titre, Peren Avocats porte une attention particulière aux perspectives de reconnaissance en France d’un véritable régime de fondation actionnaire.

Propos recueillis par Arnaud Dumourier (@adumourier

L'annuaire du Monde du Droit