Un reconfinement total ou partiel serait un échec selon la CPME

Institutions
TAILLE DU TEXTE

Il est de la responsabilité du gouvernement de prendre les mesures sanitaires nécessaires pour préserver la santé publique et éviter la propagation du virus de la Covid estime la CPME.

Il n’en reste pas moins qu’un reconfinement total ou partiel en Île-de-France et dans les Hauts-de-France serait un échec. Ses conséquences économiques et sociales viendraient s’ajouter aux difficultés actuelles de nombreuses entreprises, et impacter lourdement les comptes publics. Pour ces 2 régions, le coût d’un confinement* identique à celui de novembre viendrait amputer le PIB français de 2,8 Mds €/ semaine, tandis qu’un confinement le week-end coûterait au PIB 1,7 Mds €/semaine.

Quelle que soit la décision prise, il est maintenant impératif de redonner espoir et perspectives aux entrepreneurs. Le planning de réouverture des secteurs fermés administrativement doit être précisé en suivant celui des vaccinations, qui ne saurait subir de nouveaux retards.

La situation actuelle démontre également la nécessité de revoir la définition et l’application du principe de précaution dont les excès, on le constate aujourd’hui, menacent de bloquer durablement notre économie et au-delà la société française tout entière. Il conviendra également d’engager enfin une réforme profonde de l’administration française dont le surnombre ne garantit en rien l’efficacité, ce qui est particulièrement frappant en ce qui concerne la campagne de vaccination.

 ____________________________

*source : IFRAP avec application d’un coefficient d’activité de 31% pour la région Île-de-France et de 7,3% pour la région Hauts-de-France

L'annuaire du Monde du Droit

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.