Eurobaromètre : l’attitude des citoyens européens face à la corruption

Institutions
Outils
TAILLE DU TEXTE

La Commission européenne a publié les résultats du dernier Eurobaromètre spécial sur la corruption. L’enquête montre que la corruption est inacceptable pour une grande majorité d’Européens (69 %).

Un peu plus de sept Européens sur dix estiment que la corruption est répandue dans leur pays et considèrent qu’elle existe dans les institutions publiques nationales (70 %) et au niveau des partis et hommes politiques (53 %).

Depuis 2013, la proportion de personnes interrogées qui considèrent que la corruption est largement répandue a diminué dans 18 États membres et une minorité d’Européens seulement a le sentiment que la corruption influe sur leur vie quotidienne (26 %).

Bien que sa nature et son ampleur varient d’un État membre à l’autre, la corruption nuit à l’UE dans son ensemble et la Commission intensifie sa lutte contre ce fléau.

La Commission européenne a adopté de nouvelles règles pour protéger les intérêts financiers de l’UE contre la fraude et la corruption, renforcé les procédures administratives et pénales et mettons actuellement en place le Parquet européen.

La législation européenne applicable à d’autres domaines tels que la lutte contre le blanchiment d’argent ou les marchés publics comporte également des dispositions anti-corruption importantes.

Dans le domaine du recouvrement des avoirs, une nouvelle législation a été adoptée pour garantir la reconnaissance mutuelle des décisions de gel et de confiscation.

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.