Présidentielle 2022 : Quelles sont les propositions de Valérie Pécresse en matière de Justice ?

Décryptages
Outils
TAILLE DU TEXTE

Pour « rompre avec l’impuissance et retrouver notre fierté française. Une fierté française qui remet de l’ordre et qui redonne l’espoir », Valérie Pécresse veut poser les bases d’une Justice qui ne tolère aucune impunité.

 « Tolérance zéro »

La candidate ambitionne de doter la France d’une « Justice qui se donne les moyens d’appliquer les peines »« face à l’explosion de la délinquance ». Valérie Pécresse souhaite mettre fin à « l’impunité zéro », des récidivistes notamment par l’instauration de peines planchers, ou encore des auteurs d’agressions sur des personnes dépositaires de l’autorité publique avec le prononcé d’une peine d’emprisonnement d’un an ferme minimum.

Plus « vite » la Justice

Pour assurer l’effectivité de ces condamnations, la candidate de droite projette de « réarmer notre justice ». Pour ce faire, Valérie Pécresse envisage d’augmenter de 50%, sur 5 ans, les moyens des tribunaux, soit 3 milliards d’euros. Une partie de cette somme servira au recrutement de quelques 16.000 personnes, dont 3.000 juges, 3.000 greffiers, 2.000 procureurs, 5.000 juristes assistants et 3 000 personnels techniques.

Forte de tous ces nouveaux soldats, la candidate espère pouvoir réduire les délais de jugement des délits du quotidien à moins de 6 mois, instaurer de manière systématique la comparution immédiate des auteurs de flagrants délits, mais aussi créer une juridiction spécifique chargée de l’instruction d’urgence des affaires de violences domestiques.

Parallèlement, pour désengorger les tribunaux, Valérie Pécresse propose de déjudiciariser les contentieux de masse en matière civile et commerciale, mais surtout elle souhaite simplifier et numériser la procédure pénale.

Lisa Saccard

Voir aussi : Valérie Pécresse : « La refondation de la justice est au cœur du programme que je porte »

 

 LES PROPOSITIONS DE VALÉRIE PÉCRESSE EN MATIÈRE DE JUSTICE

 - Tolérance zéro face à l’explosion de la délinquance

  • Peines planchers automatiques pour les récidivistes violents
  • Un an de prison ferme minimum pour ceux qui agressent un dépositaire de l’autorité publique
  • Instauration de travaux d’intérêt général dans tous les services publics
  • Exclusion du logement social des dealers et des familles de trafiquants
  • Fin des aménagements systématiques de peines
  • Généraliser les retenues sur salaires et prestations sociales pour lutter contre les amendes impayées
  • Instauration d’une participation financière des détenus à leur incarcération

 - Une justice qui se donne les moyens d’appliquer les peines d’incarcération

  • Doubler le nombre de centres éducatifs fermés pour les mineurs
  • Construire 20.000 places de prison supplémentaires
  • Transformés les bâtiments désaffectés en centres de détention pour les délinquants sous bracelet électronique

 - Impunité zéro : réarmer notre justice

  • Augmentation du 50% sur 5 ans des moyens de tribunaux, soit 3 milliards d'euros
  • Hausse de 50% du nombre de magistrats avec 16 000 recrutements : 3000 juges, 2000 procureurs, 3000 greffiers, 5000 juristes assistants, 3000 personnels techniques

 - Une justice qui agit vite

  • Réduction des délais de jugement des délits du quotidien à moins de 6 mois
  • Comparution immédiate systématique pour les flagrants délits
  • Simplification et numérisation de la procédure pénale pour diviser par deux le temps de traitement des procédures
  • Création d’une juridiction spécifique contre les violences faites aux femmes pour mener des instructions en urgence
  • Déjudiciariser les contentieux de masse en matière civile et commerciale
L'annuaire du Monde du Droit