L'INPI publie son Palmarès 2021 des déposants de brevets

Etudes et Documents
Outils
TAILLE DU TEXTE

L’INPI publie le palmarès 2021 des principaux déposants de brevets*, un classement qui met en lumière les entreprises qui investissent dans l’innovation. Safran, Stellantis et le Groupe Valeo constituent le trio de tête de l’édition 2021. Parmi les 50 premiers déposants de brevets figurent 12 organismes de recherche publique et 2 entreprises de taille intermédiaire.

Les deux premiers déposants au coude à coude 

Safran poursuit sa dynamique et prend la tête du classement pour la première fois depuis 2004, année de naissance du palmarès, avec 1037 demandes de brevets publiées. 

Il est suivi de très près par Stellantis avec 1 035 demandes publiées en 2021.

Ces deux premiers déposants de brevets sont les seuls au-dessus des 1 000 demandes publiées.

Deux entreprises de taille intermédiaire dans le Top 50

Deux entreprises de taille intermédiaire (ETI) - déjà présentes au classement l’an dernier - figurent parmi les 50 premiers déposants de brevets à l’INPI en 2021 :

  • Gaztransport et Technigaz (GTT), société d’ingénierie navale des Yvelines, spécialisée dans la conception de systèmes de stockage et de transport des gazs liquéfiés, présente dans le Top 50 depuis 2019, conserve la 30e place du classement (55 demandes publiées contre 58 en 2020) 
  • Le Groupe Soitec, spécialiste de la production de matériaux semi-conducteurs, présent dans le Top 50 depuis 2017, gagne 8 places pour atteindre la 40e place (34 demandes publiées contre 30 l’an dernier)

La recherche publique toujours bien classée

12 établissements de recherche, d’enseignement supérieur et établissements de l’État (RESE) sont présents dans le Top 50 (contre 13 l’an dernier), soit une très légère baisse.

Les trois premiers établissements de recherche, d’enseignement supérieur et établissements de l'État du classement sont identiques à l’an dernier : 

  • Le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) reste au 4e rang (avec 630 demandes publiées, contre 646 en 2020)
  • Le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) conserve le 6e rang (378 demandes publiées, contre 384 en 2020) 
  • IFP Energies nouvelles se hisse à la 13e place (+2 places, 189 demandes publiées contre 198 l’an dernier)

La concentration des 50 premiers déposants de brevets en baisse 

14 339 demandes de brevets ont été publiées en 2021.

En 2021, les 50 premiers déposants représentent 53,2 % de l’ensemble des demandes de brevets publiées, contre 54,8 % en 2020, soit une légère baisse.

Pour rappel, ils représentent plus de la moitié de l’ensemble des demandes de brevets depuis 2018 (52.5 % en 2018 ; 52 % en 2019 ; 54,8 % en 2020).

La « mécanique », principal domaine technologique

Parmi les différents domaines représentés dans l’étude, la « mécanique » est en tête suivi par l’ « électrotechnique » et la « chimie »

La « mécanique » arrive en 1ère position avec 39 % des demandes de brevets publiées. Safran est le premier déposant de ce domaine avec 844 brevets.

L’« électrotechnique » se place à la 2e place avec 22,1 % des demandes de brevets publiées. Le CEA est en tête des déposants avec 368 brevets.

La « chimie » est en 3e position avec 15,1 % des demandes de brevets publiées. L’Oreal est à la 1ère place avec 218 brevets. 

Le « transport », principal sous domaine technologique 

35 sous-domaines technologiques, définis par la classification internationale des brevets (CIB), sont représentés dans l’étude. 

Le principal sous domaine technologique des demandes de brevets publiées à l’INPI est le « Transport » avec 15,9 % des demandes publiées en 2021. 

Il est suivi par le sous domaine « Machines, appareils et énergie électriques » avec 8,2 % des demandes publiées en 2021.

« Moteurs, pompes, turbines » arrive en 3e position avec 6 % des demandes publiées en 2021.

Gaztransport et Technigaz (GTT) N°1 des déposants de la catégorie « Entreprises de taille intermédiaire »

Les ETI qui constituent ce Top 10 cumulent 245 demandes publiées en 2021.

Ces entreprises couvrent des activités très larges, allant du transport du gaz naturel liquéfié à l’électronique, l’équipement automobile ou encore les machines agricoles et forestières. Elles déposent majoritairement leurs brevets dans la région Île-de-France.

  • Gaztransport et Technigaz (GTT), société d’ingénierie navale des Yvelines, confirme sa 1ère place des entreprises de taille intermédiaires (ETI), avec 55 demandes de brevets publiées en 2021 (contre 58 en 2020). 
  • Le Groupe Soitec, le spécialiste isérois de la production de matériaux semi-conducteurs, se maintient à la 2e place avec 34 demandes de brevets (contre 30 en 2020).

Aledia N°1 des déposants de la catégorie « Petites et moyennes entreprises »

Les 10 premières PME déposantes de brevets à l’INPI cumulent 135 demandes publiées en 2021

Les activités de ces PME sont très variées : fabrication de LED, de capteurs en électronique imprimée, biotechnologie, etc. Elles déposent majoritairement leurs brevets dans la région Auvergne-Rhône-Alpes.

  • Aledia, entreprise grenobloise spécialisée dans les technologies LED, conserve la tête du classement « PME », avec 25 demandes de brevets publiées en 2021 (contre 18 en 2020).
  • A égalité : Isorg, spécialiste des capteurs d’empreintes digitales basé à Limoges, et Supergrid Institute, spécialisée dans le transport de l’éléctricité, se hissent à la 2e place. Elles ont toutes deux déposées 16 demandes de brevets en 2021 (respectivement 15 et 14 en 2020).

Le Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) N°1 des déposants de la catégorie « Etablissements de recherche, d’enseignement supérieur et établissements de l’État » 

Les dix premiers établissements de recherche, d’enseignement supérieur et établissements de l’État de ce classement cumulent, chaque année depuis 2018, plus de 1 500 demandes de brevets publiées.

Pour la troisième année consécutive, les quatre premiers déposants de ce classement (CEA, CNRS, IFP Energies Nouvelles et EDF) sont identiques.

Ils se situent entre le 4e et le 23e rang du palmarès des principaux déposants de brevets à l’INPI en 2021.

Ces établissements déposent majoritairement leurs brevets dans la région Île-de-France.

Les trois premiers établissements de recherche, d’enseignement supérieur et établissements de l'État déposants de brevets en co-dépôt avec des entreprises sont inchangés par rapport à 2020 :

  • Le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) confirme sa 1ère place avec 169 demandes publiées (contre 167 demandes en 2020)
  • Le Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) reste à la 2e place avec 50 demandes de brevets publiées (contre 73 demandes en 2020)
  • L’Université Claude Bernard Lyon 1 conserve la 3e place avec 22 demande de brevets publiées (contre 25 l’an dernier).

Les 10 principales entreprises qui ont co-déposé des demandes de brevets avec des établissements de Recherche, d’Enseignement Supérieur et établissements de l'État en 2021 sont des grandes entreprises, à l’exception d’une PME : 

  • Safran, deuxième l’an dernier, repasse en tête avec 45 demandes de brevets réalisées en co-dépôt (contre 27 en 2020). Sa collaboration recherche/industrie est principalement avec le CNRS.
  • A égalité : Thales et TotalEnergies sont à la deuxième position, respectivement 3e et 5e l’an dernier, avec 23 demandes de brevets réalisées en co-dépôt en 2021 (contre 22 et 15 demandes en 2020).
  • arrivent en troisième position, à égalité également, le Groupe Arkema et Stellantis avec 15 demandes de brevets réalisées en co-dépôt en 2021 (contre 22 en 2020 pour le Groupe Arkema).

Pour la troisième année consécutive, la PME Supergrid Institute, spécialisée dans le transport de l’électricité, figure au classement (7 demandes de brevets en co-dépôts). 4e du classement général PME (voir p.17), elle collabore principalement avec le CNRS, l’université Paris Saclay et l’université Claude Bernard Lyon 1. 

L'annuaire du Monde du Droit