UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Romain de Ménonville, Associé, Bird & Bird : « Bird & Bird est dans une dynamique de développement extrêmement positive »

Interviews
Outils
TAILLE DU TEXTE

Le Monde du Droit a interrogé Romain de Ménonville qui vient d'être nommé associé au sein du cabinet Bird & Bird.

Pourquoi avez-vous décidé de rejoindre Bird & Bird ?

Bird & Bird est dans une dynamique de développement extrêmement positive. En plus des recrutements récents (Fiscalité, Projet, Aéronautique, Restructuring, Bancaire) j'ai été séduit par le projet de Nicolas Morelli et l'enthousiasme des associés. Nicolas et moi sommes dans une configuration idéale : nous conseillons tous les deux essentiellement les créanciers, ce qui évite les conflits d'intérêts tout en ayant des pratiques parfaitement complémentaires. Une partie importante de mon activité consiste à conseiller des pools de banques dans le cadre des procédures amiables et collectives tandis que Nicolas a une orientation plus contentieuse, outre une pratique extrêmement reconnue de la fiducie.

Pouvez-vous nous décrire votre parcours ?

J'ai débuté ma carrière en 2008 en pratiquant à la fois financement et le restructuring chez Linklaters. J'ai ensuite rejoint le département Restructuring de Natixis, où j'ai passé 4 années passionnantes. Cette expérience m'a permis de comprendre la banque de l'intérieur, de travailler sur un grand nombre de dossiers de place et de rencontrer la plupart des intervenants dans le milieu du restructuring. Cette période a été un formidable accélérateur. Je suis retourné à la profession d'avocats en 2015. Après un passage chez White &Case j'ai rejoint Hogan Lovells en qualité de counsel afin de développer la pratique restructuring du bureau de Paris. Après 3 ans de counselship j'étais mûr pour une nouvelle étape !

Qui a le plus influencé votre carrière ?

Mes années passées en banques m'ont permis de voir travailler des avocats très talentueux, dans des styles très différents. Mon expérience avec les affaires spéciales des banques a aussi largement influencé mon approche des dossiers, on me le reproche parfois !

Quel est votre meilleur souvenir dans votre carrière ?


Lorsque les premiers dossiers sont arrivés, non parce que vous appartenez à une structure, mais parce que les clients veulent travailler avec vous.
Cela s'est fait rapidement après mon retour en cabinet, ce fut une vraie satisfaction.
Coté dossiers Vivarte, Gimaex, La Grande Récrée ont été des dossiers passionnants parmi ceux qu'on peut citer, avec une grande diversité de problématiques.

Quels sont vos domaines de compétences ?

Les restructurations de sociétés en difficulté, en procédures amiables et collectives.
Au-delà du droit, la compréhension de l'activité du débiteur et de sa situation financière est indispensable. Ce n'est pas un métier pour les avocats allergiques aux chiffres. Mon parcours en Economie-Gestion à Normal Sup et en banque a été un vrai plus.

Quelles sont, selon vous, les actualités marquantes de ces dernières semaines dans ces secteurs d'activité ?

La directive restructuration et insolvabilité adoptée le 6 juin dernier devrait (enfin) faire évoluer les rapports de force. Les spécificités des procédures amiables françaises, particulièrement efficaces, devraient être préservées. Nous suivrons en tout cas sa transposition de prés.

Qui conseillez-vous ?

Je conseille majoritairement les créancier de sociétés en difficultés. J'interviens pour la quasi-intégralité des banques présentent sur la place de Paris, ainsi que pour des fonds d'investissements.
Je représente également régulièrement des repreneurs d'entreprises en difficulté, ainsi que des groupe industriels (BTP, industrie automobile).

Quels sont vos objectifs pour ce cabinet ?

La complexité des dossiers et leur degré d'urgence ne cesse d'augmenter. Nicolas Morelli et moi sommes convaincus que les équipes doivent atteindre une taille critique et une complémentarité des compétences pour être en mesure de répondre aux attentes des clients. Avec deux associés, une counsel et 3 collaborateurs, Bird & Bird affiche ses ambitions sur le marché du restructuring. La conjoncture y est propice, tout comme le renouvellement de génération qui est en train de s'opérer.
Avec le renforcement de plusieurs pratiques et notamment du bancaire, nous ambitionnons de nous positionner comme l’un des acteurs importants du marché du droit de la restructuration, notamment financière.

Propos recueillis par Arnaud Dumourier (@adumourier)