UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Marie-Aimée de Dampierre : « Nous avons considérablement développé notre activité en Europe continentale »

Interviews
Outils
TAILLE DU TEXTE

Hogan Lovells a nommé pour la première fois une associée du bureau de Paris, Marie-Aimée de Dampierre, en tant que Managing Partner de la région Europe continentale. Celle-ci s'exprime sur cette nomination et sur l'avenir du cabinet.

Quelle est votre réaction à la suite de votre nomination ?

Enthousiasme et fierté ! Enthousiasme de prendre les rênes de l'Europe continentale, une région essentielle à la stratégie de notre cabinet ; fierté d'être la première personne au sein du bureau de Paris, et première femme, à occuper cette position.

J'ai été Managing Partner durant huit années, nous avons connu une progression remarquable ; nous avons de très belles équipes, en particulier celle des associés ; sans ces équipes, notre bureau n'aurait pas rencontré son succès actuel.

Un nouveau challenge s'offre à moi, je partage l'ambition et poursuivrai avec la même énergie et détermination le travail exceptionnel de Burkhart Goebel en Europe Continentale au cours des quatre dernières années.

Quels sont les axes de développement du cabinet ?

Depuis quelques années, nous avons considérablement développé notre activité en Europe continentale avec un chiffre d'affaires en croissance de plus de 30% en 4 ans. Nous avons 14 bureaux et 2 bureaux associés à travers toute l'Europe continentale. Cette couverture géographique est indispensable pour nos dossiers transfrontaliers que ce soit en transactionnel ou en contentieux.

Notre volonté d'anticiper les principaux enjeux de demain et de promouvoir l'innovation est au cœur de notre stratégie. Nous voulons proposer à nos clients des solutions juridiques pertinentes dans leur domaine d'activité. Notre organisation autour des secteurs d'industrie existe depuis plusieurs années ; c'est un atout considérable. Nos équipes suivent de près l'évolution de leur secteur et informent régulièrement nos clients de cette évolution. Nous intervenons sur des sujets clés tels que les paiements mobiles, les voitures autonomes, la santé connectée, ou encore les Fintech.

Quel regard portez-vous sur la transformation du marché du droit avec l'arrivée de nouveaux acteurs et une concurrence exacerbée entre les cabinets ?

Nous avions anticipé l'arrivée de ces nouveaux acteurs. Dans cette perspective, nous avions créé un groupe de réflexion globale autour de l'Intelligence Artificielle et une équipe dédiée à la transformation de nos manières de travailler. Notre objectif était de réfléchir aux solutions que nous pourrions proposer, et à la façon d'intégrer ces nouveaux acteurs, notamment les "Legal Tech", dans notre offre. Nous avons ensuite défini les outils et notre approche, et nous sommes aujourd'hui en mesure de proposer à nos clients des moyens efficaces et économiques pour gérer leurs dossiers.

En parallèle, nous avons mis en place depuis quelques années, le Legal Project Management (LPM), un outil de suivi de nos dossiers qui favorise la transparence, l'efficacité et la qualité de notre service.

Propos recueillis par Arnaud Dumourier (@adumourier)