UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Marie Albertini, Associée chez PDGB : « J’ai eu envie d’un nouveau challenge au sein d’un cabinet français indépendant »

Interviews
Outils
TAILLE DU TEXTE

Après avoir participé à la création du bureau parisien de Reed Smith en 2005, Marie Albertini quitte le cabinet américain. Elle intègre le département Droit commercial – Contentieux – Arbitrage de PDGB en qualité d’associée au début de ce mois de mars. L’avocate revient sur son parcours professionnel.

Pourquoi avez-vous décidé de rejoindre PDGB ?

Après 15 ans chez Rambaud Martel et 14 ans dans un cabinet anglo-saxon, j’ai eu envie d’un nouveau challenge au sein d’un cabinet français indépendant, ayant une démarche entrepreneuriale dynamique et une ouverture internationale forte. La qualité des associés et des relations humaines au sein de PDGB a aussi été déterminante.

Pouvez-vous nous décrire votre parcours ? 

A la fin de mes études de droit classiques, je cherchais encore ma vocation. J’ai passé avec succès l’examen d’entrée à l’EFB et découvert ensuite un métier qui me passionne toujours. Plus précisément, j’ai commencé ma carrière au sein du cabinet de François Sarda avant de rejoindre, en 1991, le cabinet Rambaud Martel dont je suis devenue associée en 1996. J'y ai rencontré deux personnes qui ont influencé ma carrière. D'abord, François Sarda, qui a été mon premier patron, m’a fait confiance en me laissant beaucoup d’autonomie. Ensuite, Jean-François Rambaud pour son analyse juridique, son sens stratégique, son écriture et son talent de plaideur, tous exceptionnels. Tous les deux avaient une très haute idée de l’éthique de l’Avocat.

En 2005, j’ai participé à la création du bureau parisien de Reed Smith avant de rejoindre PDGB en mars 2019. De toutes ces expériences je garde de nombreux très bons souvenirs : des victoires durement acquises et des rencontres avec des clients qui me renouvellent leur confiance depuis de nombreuses années.

Quels sont vos domaines de compétences ?

J’interviens en contentieux commercial, en contentieux de la responsabilité, des produits notamment, en risques industriels ainsi qu’en droit des contrats. J’ai également développé une expertise particulière dans le domaine de la prévention et la gestion des risques professionnels (maladies professionnelles et accidents du travail). Actuellement, la réforme de la responsabilité civile est d’ailleurs un grand chantier qui pourrait introduire de nouvelles notions comme « la faute lucrative » et les dommages et intérêts punitifs. Dans ces domaines je conseille des groupes et ETI, français ou étrangers, essentiellement dans des secteurs industriels tels que l’automobile, l’aluminium, le verre ainsi que dans le secteur des sciences de la vie.

Quels sont vos objectifs pour le cabinet ?

Mes objectifs sont, d’une part, de contribuer à la croissance et à la notoriété de PDGB en apportant mon expertise, complémentaire à celles du cabinet et du département Contentieux. D’autre part, je vais continuer à offrir à mes clients un service de très grande qualité fondé sur la proximité et la personnalisation, à un coût maîtrisé. Pour cela, au-delà de mon champ d’expertise, je m’appuierai sur les nombreuses compétences du cabinet.

Propos recueillis par Arnaud Dumourier (@adumourier)