UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Stéphanie Berland, Associée, Steering Legal : « Je souhaite contribuer au développement et à l'expansion de Steering Legal »

Interviews
Outils
TAILLE DU TEXTE

Le Monde du Droit a interrogé Stéphanie Berland, nouvelle associée de Steering Legal Paris, responsable du pôle IP / IT.

Pourquoi avez-vous décidé de rejoindre Steering Legal ?

J'ai décidé de rejoindre Steering Legal afin de poursuivre le développement de mon activité dédiée au droit de la propriété intellectuelle et des technologies au sein d’un cabinet dynamique, ouvert à la fois sur l’international - avec des bureaux au Moyen-Orient, au Brésil, au Niger et en Côte d'Ivoire - et sur les régions.

Pouvez-vous nous décrire votre parcours ?

Diplômée d’HEC et titulaire d’un DESS en droit des affaires et fiscalité de Paris I-Panthéon Sorbonne, j'ai exercé au sein du cabinet Gide Loyrette Nouel de 2002 à 2016, avant de prendre la tête de la direction juridique de NRJ Group. Désireuse de reprendre la robe, j'ai rejoint le cabinet Steering Legal en ce début d'année 2019 pour y créer le pôle IP/IT.

Qui a le plus influencé votre carrière ?

Deux associés de Gide ont particulièrement compté dans ma carrière. Olivier Cousi, en charge du département IP/IT, et bâtonnier nouvellement élu du barreau de Paris, m'a formée aux différents domaines du droit, que je pratique aujourd'hui. Et puis aussi Michel Pitron, en charge du département Contentieux pénal et commercial de Gide, qui m'a offert de travailler à ses côtés sur des contentieux complexes, à forts enjeux financiers, stratégiques ou médiatiques, dans d'autres domaines, notamment en droit commercial et en droit financier.

Quel est votre meilleur souvenir dans votre carrière ?

Bien qu’exerçant la profession d’avocat autant en conseil qu'en contentieux, je me définis comme une avocate plaidante. Défendre les intérêts de mes clients devant les tribunaux est la raison pour laquelle j'ai choisi ce métier. Chaque victoire est donc un souvenir marquant. Au-delà du plaisir de gagner, il y a la satisfaction de faire évoluer la jurisprudence, surtout dans ce domaine où le droit se construit au fur et à mesure de l’évolution technologique. Et il y a ces moments particuliers, intenses, tels les référés-interdiction, où l'on plaide parfois du jour au lendemain, y compris – et cela m'est arrivé - le samedi matin alors que votre client vous a saisi la veille.

Quels sont vos domaines de compétences ?

Le droit de la propriété intellectuelle, le droit des technologies et des données personnelles, le droit des médias et de l'entertainment, le droit de la publicité, en conseil comme en contentieux.

Quelles sont, selon vous, les actualités marquantes de ces dernières semaines dans ces secteurs d'activité ?

Sans nul doute le RGPD, en vigueur depuis le 25 mai 2018, qui constitue toujours un enjeu pour nombre d'entreprises et d'organisations, en recherche de solutions pour assurer leur conformité. Les référentiels publiés ces derniers mois par la CNIL apportent des éléments de réponse. L'externalisation de la fonction de DPO, par exemple auprès de cabinets d'avocats, représente une option intéressante pour répondre à ces nouvelles obligations, en conservant une flexibilité.

Qui conseillez-vous ?

Des entreprises et des institutions, françaises et étrangères, de tailles variables - de l'entreprise du CAC 40 à la start-up en passant par les ETI – et de secteurs variés : au-delà des secteurs des médias, du divertissement et des technologies, mes clients sont aussi présents dans les transports, la santé, l'industrie et l'agriculture.

Quels sont vos objectifs pour ce cabinet ?

Contribuer au développement et à l'expansion de Steering Legal, en proposant à nos clients, en France et dans le monde, une nouvelle offre liée à mes domaines d’intervention.

Propos recueillis par Arnaud Dumourier (@adumourier)