Les directions juridiques face au "quiet quitting"

Décryptages
Outils
TAILLE DU TEXTE

Dans quelle mesure la démission silencieuse post-covid touche-t-elle les directions juridiques ? Quelles actions mettre en place pour retenir les collaborateurs ? Comment donner du sens à son travail lorsque l’on est perçu comme une fonction support ? Comment attirer et fidéliser les nouvelles générations aux aspirations différentes ? Autant de questions débattues lors de la dernière édition des Débats du Cercle.

La 11ème édition des Débats du Cercle, qui s'est déroulée le jeudi 13 avril 2023 au Grand Hôtel Intercontinental Opéra à Paris, a permis un échange sur le sujet de la "grande démission" qui toucherait le marché du travail à la suite de la pandémie de Covid-19.
Le jeune Wallerand Moullé-Berteaux, Fondateur & CEO - Le Crayon, dresse le constat d'un fossé entre sa génération (il a 25 ans) et celle des quinquagénaires dans la manière d'aborder le monde du travail.

De nouvelles aspirations, de nouvelles revendications

Située au cœur de ces enjeux, la chasseuse de têtes Audrey Deleris, Recrutement juridique & fiscal - Headhunter - Fed Légal, le confirme : le travail n'est plus la raison d'être de cette nouvelle génération que l'on dit "désanchantée". Certaines aspirations sont désormais assumées : préservation de l'équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle, flexibilité et télétravail.
Les candidats que rencontre Grégoire Hanquier, Secrétaire Général (General Counsel & Chief People Officer) - Pier Auge, "réclament" effectivement trois jours de télétravail par semaine ; la notion d'engagement ne peut être occultée face à de telles revendications. Ce professionnel a double casquette DJ/DRH observe que la relation avec les candidats a changé et mise notamment sur la formation des équipes et l'acceptation du risque. 
De son côté, Delphine Delvert-Montigny, Group Legal Director - Manutan, constate un besoin d'appartenance à l'entreprise et d'adhésion à ses valeurs. Il s'agit désormais pour les managers d'accepter ces changements et de s'y adapter.

Comment nourrir la motivation ?

Pour Audrey Deleris, outre les compétences et savoir-être, la question de la motivation est à creuser en entretien - moment de véritable rencontre avec le candidat, dont chacun a sa personnalité propre.
Cette phase de négociation nécessite au préalable de décrire suffisamment précisément le poste, avertit Grégoire Hanquier, et de faire face à toutes les questions : Quel effort dois-je fournir ? Quelle utilité vais-je avoir ? Quelle récompense ? Quelle reconnaissance ?
La question de l'utilité, plus que celle du sens, intervient précisément lors de l'entretien d'embauche, selon Wallerand Moullé-Berteaux.
De son côté, la chasseuse de têtes reconnait qu'il devient de plus en plus difficile de garder les jeunes juristes plus de trois, quatre ans dans l'entreprise. Pour y parvenir, il importe d'impliquer la personne en amont, de la faire travailler si possible en mode projet, sur des sujets transversaux.

Aux recruteurs et managers de se saisir de ce nouveau paradigme du travail pour faire de la direction juridique un métier de plus en plus passionnant : loin de la simple réaction de contrats, un véritable acteur de la prise de décision.

Pascale Breton


Lex Inside du 18 avril 2024 :

Lex Inside du 15 avril 2024 :

Lex Inside du 5 avril 2024 :