UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Daphné Peyrot des Gachons : « Je souhaite démontrer que la gestion en mode "projet" est gagnante »

Interviews
Outils
TAILLE DU TEXTE

Le Monde du Droit a interrogé Daphné Peyrot des Gachons à propos de la création de son cabinet.

Pourquoi avez-vous décidé de lancer votre cabinet ?

Pour être un avocat entrepreneur comme mes clients ! Je suis avocat au barreau de Paris depuis près de 20 ans, et je travaille depuis le début de ma carrière, avec des chefs d’entreprises, des start-uppers, des entrepreneurs, des dirigeants, de la TPE à la PME. Il est donc temps de se lancer, comme l’ont fait mes clients, dans cette belle aventure qu’est l’entrepreneuriat.
Et puis, plus j’avance dans le métier, plus je constate qu’il faut être plus qu’un avocat pour toujours mieux comprendre et accompagner les chefs d’entreprise. Penser business par exemple. Mon cabinet a pour vocation de chercher ce qui est nécessaire et bénéfique à mes clients dans le domaine du droit des affaires.
Enfin, personnellement, je souhaite créer un cabinet qui me ressemble et qui corresponde aux valeurs qui fondent mon travail : l’écoute, la technicité, la rigueur, la réactivité, la proximité, la clarté et la transparence.

Quelle est votre spécificité ?

Une méthodologie axée sur l’écoute et les échanges autour des enjeux du client, c’est cela qui permet, je pense, une approche humaine et pragmatique du droit.
Le dossier ou l’opération est abordé d’abord via ses aspects humains en s’attachant à vérifier auprès des futurs associés notamment qu’ils se sont bien posé les questions primordiales et préalables à leur association.
Ensuite, il faut être empathique et rassurant afin que le client soit serein lors de la signature notamment s’agissant de sa compréhension des actes qu’il signe. Un exercice de pédagogie est indispensable en droit des affaires.
Puis, être au plus près du client : par exemple, je suis toujours joignable sur mon portable sans "écran" entre les clients et moi (pas de standardiste, ni de secrétaire). La disponibilité et la réactivité sont les clés de la réussite d’une opération.
Enfin chercher toujours des solutions à chacun des problèmes : Le droit, pour moi, vient alors concrétiser les projets du chef d’entreprise et les sécuriser. Identifier et évaluer les risques, mais encore proposer des solutions pérennes sont donc au cœur de ma démarche.

Quels sont vos objectifs ?

Démontrer que la gestion en mode "projet" est gagnante. L’avocat est le chef d’orchestre de l’opération, dont le chef d’entreprise est le compositeur. L’avocat doit s’entourer de partenaires afin de bâtir au mieux le projet : d’autres confrères (fiscal, social, procédure collective…) mais aussi d’autres professionnels du droit et du chiffre (experts-comptables, conseils en patrimoine, commissaires aux comptes, CPI ou encore notaires), ou encore, en cas de besoin, conseils et analystes financiers, coachs, banquiers…
Et évidemment devenir le partenaire des chefs d’entreprise et de leur entreprise, et qu’ils continuent de me recommander, car c’est la meilleure preuve de leur satisfaction.

Propos recueillis parArnaud Dumourier (@adumourier)