CEDH : la popstar polonaise blasphème

Médias
Outils
TAILLE DU TEXTE

Est contraire à l'article 8 de la CEDH la condamnation d’une popstar pour blasphème en raison de propos laissant entendre que les auteurs de la Bible avaient écrit le texte sous l’influence de l’alcool ou de stupéfiants : ces propos ne s’analysent ni en un discours de haine, ni en une incitation à la haine ou à l’intolérance religieuse.

Interrogée sur la religion dans le cadre d'une interview, Dorota Rabczewska , chanteuse polonaise célèbre dans son pays sous le nom de Doda, a indiqué qu'elle croyait en une "puissance supérieure" mais qu’elle était plus convaincue par les découvertes scientifiques et pas par les "histoires [bibliques] incroyables" écrites par "une personne défoncée au vin et à l’herbe". A la suite d'une plainte introduite par des particuliers, le parquet a (...)

L'article complet est réservé aux abonnés

Vous êtes abonné(e) à LegalNews ? Identifiez-vous
Je m'identifie
Pour découvrir nos formules d'abonnement,
Je m'abonne
Ténors du Droit : Paris Place de Droit fête sa nuit du droit

Lex Inside du 13 septembre 2022 : Réseaux sociaux