Changer de métier pour devenir magistrat, c’est possible !

On en parle
Outils
TAILLE DU TEXTE

L’Ecole nationale de la magistrature a ouvert les inscriptions de son concours complémentaire offrant la possibilité de se reconvertir dans la magistrature. La formation, d’une durée de moins d’un an, aura pour objectif de préparer les magistrats de demain à l’exercice de leurs futures fonctions.

L’ère post-Covid avait encouragé bon nombre de professionnels de tous horizons à se reconvertir dans un nouveau domaine pour donner plus de sens à leur parcours et se mettre en accord avec leurs valeurs personnelles. L’Ecole nationale de la magistrature offre cette possibilité en ouvrant les inscriptions à un concours complémentaire pour devenir magistrat.

Unique école de formation des représentants de l’autorité judiciaire (juges et procureurs), l’établissement situé à Bordeaux constitue une référence d’excellence, placée sous la tutelle directe du ministère de la Justice. L’Ecole nationale de la magistrature ouvre tous les ans trois concours d’accès, et certaines années, selon les besoins des juridictions, un concours complémentaire destiné aux professionnels en reconversion leur permettant d’accéder à une formation plus courte. C’est le cas en 2024.

Un concours pour qui ?

Le concours complémentaire de l’Ecole nationale de la magistrature est ouvert à tous les candidats de nationalité française, des secteurs public ou privé, et justifiant d’au moins sept ans d’expérience professionnelle dans les domaines juridique, administratif ou social, les qualifiant particulièrement pour exercer des fonctions judiciaires. Les candidats potentiels devront, en outre, être titulaires d’un diplôme sanctionnant une formation d’une durée au moins égale à quatre années d’études après le baccalauréat.

Les magistrats de demain

Exercer un métier qui a du sens, être en prise avec la société, privilégier l’humain… Envisager une reconversion professionnelle pour devenir magistrat, grâce au concours complémentaire de l’Ecole nationale de la magistrature, c’est aussi, avant tout, faire le choix de servir l’intérêt général avec intégrité et exigence. A l’issue de leur formation, les stagiaires issus du concours complémentaire accèderont, pour leur premier poste, aux fonctions non spécialisées de magistrat, essentielles au bon fonctionnement de la justice : juge (ou juge placé) et substitut du procureur (ou substitut placé). Ils pourront cependant aussi exercer, dès leur second poste, les fonctions spécialisées de juge des enfants, juge d’instruction, juge de l’application des peines et juge des contentieux de la protection.

Une formation rémunérée

Le concours complémentaire de l’Ecole nationale de la magistrature offrira aux candidats admis la possibilité de suivre une formation pluridisciplinaire rémunérée d’une durée de 7 à 9 mois. Les inscriptions au concours sont d’ores et déjà ouvertes jusqu’au 6 octobre, et les épreuves d’admissibilité se dérouleront en mars de l’année prochaine. La rentrée aura ensuite lieu en janvier 2025, pour une prise de poste prévue en septembre de la même année.

> Toutes les informations pour s’inscrire au concours complémentaire de l’ENM

ENM


Lex Inside du 27 février 2024 :

Lex Inside du 20 février 2024 :

Lex Inside du 16 février 2024 :