Sacha Benichou, Associé, Reinhart Marville Torre : « L'objectif est de renforcer la pratique private equity du cabinet »

Interviews
TAILLE DU TEXTE

Reinhart Marville Torre élargit sa pratique corporate avec l'arrivée de Sacha Benichou en tant qu'associé. 

Pourquoi avez-vous décidé de rejoindre RMT ?

J’ai passé près de 20 années à piloter ma propre structure, avec un positionnement de « cabinet boutique » dans le domaine des opérations de capital-investissement. La diversification de mon activité (LBO, ManPack, M&A) et la montée en gamme des opérations m’a poussé à rejoindre un cabinet full service. Je souhaitais rejoindre une structure très entrepreneuriale. Je connaissais le cabinet RMT depuis des années pour avoir déjà collaboré avec plusieurs associés, et cette association s’est décidée naturellement et de manière très spontanée, avec un objectif commun de renforcer la pratique de private equity du cabinet.

Pouvez-vous nous décrire votre parcours ?

J’ai débuté ma carrière chez Cleary Gottlieb Steen & Hamilton, avant de rejoindre Mayer Brown & Platt et Freshfields Brukhaus Deringer. Ma pratique était alors essentiellement tournée vers le contentieux et l’arbitrage et les opérations de financement. En 2003, j’ai créé ma propre structure SB Avocats qui s’est rapidement spécialisée dans la pratique des opérations de capital-investissement. Ma double compétence en droit des sociétés et IP/IT a été un précieux atout dans l’accompagnement des sociétes issues du monde de l’informatique et de la tech.

Etant très porté sur l’innovation, que ce soit dans les méthodes de travail ou dans l’innovation juridique stricto sensu, j’ai été à l’origine de plusieurs outils : le BSA AIR que j’ai lancé en 2016 avec l’appui de TheFamily et Uplaw, une legaltech que j’ai fondée en 2018 et qui édite une plateforme digitale de gestion de l’actionnariat et du suivi juridique des sociétés non cotées.

Qui vous a le plus influencé dans votre carrière ?

J’ai eu deux influences majeures : le professeur Alain Ghozi qui a été mon mentor à l’Université et Olivier Edwards qui est, à mes yeux, le père fondateur du droit du capital-investissement en France et dont je suis devenu proche au fil des années.

Quel est votre meilleur souvenir dans votre carrière ?

J’ai beaucoup de bons souvenirs. Certaines personnes m’ont ébloui par leur talent, leur courage, leur persévérance et leur détermination. Ce ne serait pas leur rendre hommage que de choisir un moment parmi ceux que j’ai pu partager à leurs côtés.

Qui conseillez-vous ?

Je conseille essentiellement des entrepreneurs, des dirigeants d’entreprises et leurs entreprises.
La majeure partie de mes clients sont issues du secteur du digital et de la technologie.

Quels sont vos objectifs pour ce cabinet ?

Mon objectif est de développer un pôle d’expertise dans mon domaine d’activité en tirant profit des diverses compétences déjà présentes et bien établies au sein du cabinet, avec tout le dynamisme et l’exigence qui m’ont animé jusqu'ici.

Propos recueillis par Arnaud Dumourier (@adumourier  

L'annuaire du Monde du Droit

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.