Lancement du cabinet Steinberg Avocat, spécialisé en droit des affaires et en droits fondamentaux

Vie des cabinets
Outils
TAILLE DU TEXTE

Le cabinet Steinberg Avocat est un cabinet indépendant de droit des affaires engagé dans la défense des libertés fondamentales, tant en conseil et en affaires publiques qu’en contentieux. Le cabinet intervient essentiellement en droit commercial, droit des contrats publics et privés, droit du numérique et droits fondamentaux, avec l’ambition de proposer des stratégies juridiques inventives fondées sur le droit constitutionnel et le droit européen, dont la  Convention européenne des droits de l’homme (CEDH). 

Le cabinet s’appuiera pour cela sur l’expérience de son fondateur, Victor Steinberg.

Diplômé de l’Université Panthéon Assas (DJCE), de Sciences-Po Paris et de la London School of Economics. Ancien chargé de travaux dirigés à l'Université, il est aujourd’hui enseignant en droit des contrats à l’Ecole de Droit de Sciences-Po Paris. 

Victor Steinberg a été avocat collaborateur pendant cinq ans au sein du cabinet Spinosi & Sureau. Il est ainsi intervenu sur des dossiers à forts enjeux économiques, tant devant la Cour de cassation et le Conseil d’Etat que devant les juridictions européennes  (CJUE, CEDH). 

Récemment, Victor Steinberg a été à l’initiative de questions préjudicielles et  de questions prioritaires de constitutionnalité dirigées contre la législation  française applicable au secteur des locations touristiques de type « Airbnb ». 

« Steinberg, en allemand, veut dire montagne de pierre. Or une montagne, c’est à la fois la solidité et le mouvement. C’est l’ambition de mon cabinet :  concilier rationalité juridique et créativité. Et ce grâce à une méthode que l’on pourrait résumer ainsi : d’un côté, une approche très orthodoxe des dossiers,  d’un autre côté, une stratégie la plus ingénieuse possible fondée sur les droits fondamentaux. 

On oppose souvent droit des affaires et droits fondamentaux. C’est une erreur ! Dans la vie des affaires, les droits fondamentaux sont des “game-changer”. Le meilleur exemple est celui des libertés de circulation prévues par le droit  de l’Union européenne : elles permettent de créer la différence, en particulier  pour contrer une législation nationale. Sans cette ingéniosité, le droit ne  pourrait pas être ce qu’il est pour moi : non seulement un outil de défense  mais aussi, et surtout, un levier d’action ».