La vie après Lehman : 5 ans plus tard

Etudes et Documents
Outils
TAILLE DU TEXTE

Suite au cinquième anniversaire de la chute de Lehman Brothers, Allen & Overy a analysé à travers une étude détaillée l’activité financière et la valeur des transactions financières au niveau mondial, avant et après la faillite de Lehman.

Entre mi-2007 et mi-2013, la valeur totale des transactions financières à travers le monde a baissé de 30%. En France, de 41.5%.
Le marché mondial du financement des entreprises est toujours dominé par les Etats-Unis, tandis que la Chine est devenue le 2ème plus grand marché.
Le marché de financement des fusions et acquisitions se voit lui réduit de moitié ; celui du financement de projet est, en revanche, en pleine croissance.

Dimanche dernier (dimanche 18 septembre 2013), cela a fait tout juste cinq ans que Lehman Brothers a déposé son bilan. Quand on compare la situation à la mi-août 2007, un an avant la faillite de Lehman Brothers, et celle d’août dernier, la valeur totale des transactions financières à travers le monde a baissé de 30%.

C'est ce qui ressort du rapport "Life after Lehman" réalisé par Allen & Overy, qui analyse l'activité financière des 34 marchés les plus importants à travers le monde dont les pays du G20. Le rapport s’appuie sur des données fournies par Thomson Reuters et Dealogic. Il illustre les tendances géographiques dans les divers domaines du financement d'entreprise, tels que les marchés de capitaux de dette, le financement bancaire classique, le financement des fusions et acquisitions, le financement de projet et les marchés de capitaux equity.

Il révéle ainsi que l'Europe a été particulièrement touchée et que la France n’a pas été épargnée, la diminution y atteignant jusqu'à 41.5%. Le Royaume-Uni, la Grèce, l'Espagne, la Belgique, l’Italie, le Qatar et l'Argentine ont enregistré une baisse encore plus significative. Ce n'est pas une grande surprise que seuls les pays non-européens ont vu une augmentation de la valeur de leurs transactions financières (à l'exception de la Slovaquie et du Luxembourg).

Le rapport de Allen & Overy ne brosse pas un tableau exclusivement pessimiste. Onze pays ont vu leur volume de transactions augmenter et ce n'est pas un hasard si les moteurs majeurs de cette croissance se situent principalement en Asie avec la Chine, l'Indonésie et la Thaïlande. Il est plus étonnant de constater que le Canada, le Japon et le Luxembourg ont vu, eux aussi, leur volume de transactions financières augmenter.

En outre, il est indiqué que le marché mondial du financement d’entreprise est toujours dominé par les Etats-Unis qui représentent plus d'un tiers du total mondial. La Chine devance le Royaume-Uni et devient le deuxième plus grand marché tous types de financement confondus, avec un volume de 814 milliards de dollars. En 2007, la Chine était encore à la 11ème place. Le marché à la croissance la plus rapide au niveau mondial est la Thaïlande. Cela résulte en grande partie d’une augmentation du volume de financements de projets. Les financements de projets ont également porté la Slovaquie qui enregistre une croissance de 120%.

Au niveau mondial, c’est le marché de financement des fusions et acquisitions qui a essuyé la plus grande perte, il se voit réduit de moitié. A l’inverse le domaine des financements de projets connait la plus grande croissance au niveau mondial, jusqu’à 50%: cela s’explique par les marchés émergents qui ont besoin de grands investissements pour répondre à l'urbanisation et la croissance économique. Les pays matures ont des ressources publiques limitées et le secteur privé y est plus impliqué.

Le rapport montre également comment la chute de Lehman, suivie par la crise bancaire et la crise de la zone euro a provoqué une diversification des formes de financement et l'émergence de nouveaux acteurs.

Ci-après le lien vers l’intégralité de l'étude, les différents graphiques et la méthodologie utilisée : cliquez ici.

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.