UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Un célèbre cabinet d'avocats d'affaires licencie pour vol de nourriture ?

On en parle
Outils
TAILLE DU TEXTE

Deux employés handicapés auraient été licenciés d'un grand cabinet d'avocat d'affaire pour la "disparition régulière de nourriture et de bouteilles".

Deux employés d'un célèbre cabinet d'avocats parisien seraient sur le point de saisir le conseil de prud'hommes, selon une dépêche AFP du 26 juillet 2011. Ces derniers affirment avoir été licenciés abusivement, pour avoir mangé des restes de buffets.

Le cabinet a qualifié cette information "erronée et caricaturale", assurant que le licenciement s'appuyait sur des "motifs réels et sérieux", toujours selon l'AFP.

Les faits remontent à juin 2011, selon les lettres de licenciement que l'AFP a pu consulter. Les salariés avaient été embauchés à des postes réservés aux handicapés, et  étaient depuis 2009 gestionnaires du parc informatique du cabinet.

L'agence a pu consulter les lettres de licenciement qui imputent aux deux employés "la disparition régulière de nourriture et de bouteilles à l'issue de repas servis dans le cadre de réunions clients ou de réunions internes".

Selon l'avocat des deux salariés, ils se seraient effectivement servis, mais seulement de produits entamés qui allaient être jetés.

Le 27 juin 2011, ils reçoivent une convocation pour un entretien préalable le 7 juillet suivant et ont été mis à pied à titre conservatoire. "Leur crime, à ces manants, est d'avoir osé manger les restes de nourriture de l'aristocratie des avocats", ironise leur conseil. Alors qu'il redoutait un simple avertissement, ses clients ont reçu une lettre de licenciement le 19 juillet 2011.  Pour l'avocat, le recours devant les prud'hommes est une évidence, il affirme avoir "du mal à concevoir que l'on puisse brutalement limoger pour un motif aussi futile deux salariés handicapés qui étaient jusque là bien notés".