UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Couverture des petits statuts face aux accidents du travail

Actualités
Outils
TAILLE DU TEXTE

Le Conseil des ministres belge a approuvé un projet d’arrêté royal relatif aux accidents du travail pour les personnes qui sont occupées dans des formes particulières d’emploi (ce qu’on a appelé « les petits statuts »), en leur donnant une couverture légale en accidents du travail.

Le 15 mars 2019, le Conseil des ministres belge a approuvé le “Projet d’arrêté royal portant exécution de la section première du chapitre 2 de la loi du 21 décembre 2018 portant des dispositions diverses en matière sociales concernant les petits statuts”.

On regroupe sous l’appellation “petits statuts” les personnes qui exécutent un travail dans le cadre d’une formation à un travail rémunéré.

Le projet prévoit que les petits statuts du secteur privé soient soumis à l’application et aux garanties de la loi sur les accidents du travail, ce qui implique notamment le contrôle de “Fedris”, l’Agence fédérale des risques professionnels, sur l’applicabilité de la loi pour ces personnes.

Une couverture similaire est prévue dans le secteur public au moyen d’une adaptation de la loi du 3 juillet 1967 sur la prévention ou la réparation des dommages résultant des accidents du travail, des accidents survenus sur le chemin du travail et des maladies professionnelles dans le secteur public.

Le projet détermine également les instances qui sont considérées comme employeur pour les formations qu’elles organisent et fixe l’entrée en vigueur au 1er janvier 2020.

En ce qui concerne le secteur public, le projet est soumis à la négociation syndicale auprès du Comité commun à l’ensemble des services publics. L’ensemble du dossier sera ensuite transmis pour avis au Conseil d’Etat.