UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Encadrement de la mise en place de mesures d’actions positives par les entreprises du secteur privé : 2ème lecture

Actualités
Outils
TAILLE DU TEXTE

Le Conseil des ministres belge a approuvé, en deuxième lecture, un projet d’arrêté royal visant à encadrer la mise en place de mesures d’actions positives par les entreprises du secteur privé.

Le 11 janvier 2019, le Conseil des ministres belge a approuvé en deuxième lecture un projet d’arrêté royal, adapté à l’avis du Conseil d’Etat, qui vise à encadrer la mise en place de mesures d’actions positives par les entreprises du secteur privé.

Il vise à encadrer la mise en place de mesures d’actions positives prises en vue de prévenir ou de compenser les désavantages liés aux critères protégés mentionnés dans les lois antidiscrimination et ce dans le but de garantir une pleine égalité dans la pratique.

Une mesure d’action positive ne peut être mise en oeuvre que moyennant le respect des conditions suivantes :
- il doit exister une inégalité manifeste ;
- la disparition de cette inégalité doit être désignée comme un objectif à promouvoir ;
- la mesure d’action positive doit être de nature temporaire, étant de nature à disparaître dès que l’objectif visé est atteint ;
- la mesure d’action positive ne doit pas restreindre inutilement les droits d’autrui.

L’action positive peut être prise dans les branches d’activité et les entreprises du secteur privé dans chaque phase de la relation de travail.
Un rapport biannuel sera rédigé à l’attention du Conseil national du Travail.

Le projet peut être soumis à la signature du Roi.