UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Financement groupé des activités hospitalières : modalités d’exécution

Actualités
Outils
TAILLE DU TEXTE

Le Conseil des ministres belge a approuvé un projet d'arrêté royal visant à concrétiser les modalités d’exécution de la loi relative au financement groupé des activités hospitalières.

Le 9 novembre 2018, le Conseil des ministres belge a approuvé le "Projet d'arrêté royal portant exécution de la loi du 19 juillet 2018 relative au financement groupé des soins hospitaliers à basse variabilité".

L'objectif du système est de mettre en place un prix uniforme pour un même produit, en particulier un financement identique pour chaque hôpital et chaque patient du même groupe de patients nécessitant des soins à basse variabilité.
Un groupe de patients nécessitant des soins à basse variabilité est un groupe de patients bien définissables, pour lesquels les soins sont standardisables et pour lesquels il n’existe aucune raison objective qui expliquerait les différences de pratiques des soins.

Dans une première phase, seuls les honoraires des prestataires de soins seront regroupés en un montant global. Au cours des années à venir, les autres sources de financement (médicaments, indemnités de séjour via le budget des moyens financiers...) seront également intégrées.

Le projet prévoit les modalités d’exécution suivantes :
- l'indication et la définition des groupes de patients à basse variabilité ;
- les prestations et les séjours qui ne sont pas couverts par le montant prospectif global ;
- la méthode de calcul du montant prospectif global par admission, pour chacun des groupes de patients à basse variabilité ;
- la réévaluation annuelle du montant prospectif global par groupe de patients ;
- la quote-part personnelle des bénéficiaires pour les prestations qui sont remboursées via le montant prospectif global ;
- la date d’entrée en vigueur, à savoir le 1er janvier 2019.

Le projet est transmis pour avis au Conseil d'Etat.