UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Associations / fondations : obligations concernant les libéralités et les comptes annuels

Actualités
Outils
TAILLE DU TEXTE

Le Conseil des ministres belge a approuvé un avant-projet de loi concernant les libéralités et les comptes annuels d'associations et de fondations.

Le 31 août 2018, le Conseil des ministres belge a approuvé un "avant-projet de loi modifiant le code des sociétés et des associations et la loi introduisant le code des sociétés et des associations et portant des dispositions diverses" concernant les libéralités et les comptes annuels d'associations et de fondations.

Le gouvernement estime qu’il est nécessaire d'améliorer la transparence du financement d'associations sous la forme de libéralités en provenance ou à destination de l’étranger. Une telle initiative est nécessaire pour pouvoir prévenir et lutter contre différentes formes de criminalité, comme l’escroquerie, le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme.

L'avant-projet prévoit la généralisation de l’obligation de dépôt des comptes annuels des associations et des fondations, quelle que soit la taille de celles-ci, à la Centrale des bilans de la Banque nationale de Belgique.

En outre, l'avant-projet prévoit l'obligation, pour toutes les associations et fondations, de tenir un registre des libéralités entrantes et sortantes, de et vers l’étranger.
Le dépôt numérique généralisé remplace le dépôt existant au registre et représente donc une simplification administrative.
Cette obligation concerne les associations sans but lucratif, les associations internationales sans but lucratif, les fondations de droit belge et les associations et fondations de droit étranger ayant établi une succursale sur le territoire belge.

L'avant-projet est transmis pour avis au Conseil d'Etat.