UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Eric Manca, Associé, August & Debouzy

Interviews
Outils
TAILLE DU TEXTE

Eric Manca - Avocat - August & DebouzyLe Monde du Droit a rencontré Eric Manca, récemment coopté associé du département droit social du cabinet August & Debouzy.

Vous venez d’être coopté associé pouvez-vous présenter votre parcours ?

Diplômé de droit des affaires (Paris V) et de sciences criminelles (Paris II), j'ai d'abord exercé en entreprise, ce qui m'a permis d'acquérir et de développer une vision et un sens pratique des relations individuelles et collectives attachées au travail. J'ai ensuite rejoint le barreau en 2000 (Cabinet Khatchikian, spécialisé en droit du travail). Depuis 2001, j'évolue au sein du département Social d'August & Debouzy.  Mon activité est principalement dédiée au contentieux social (contentieux individuels, droit pénal du travail, responsabilité pénale des dirigeants, etc.), et aux problématiques attachées à la prévention et à la gestion du stress et de la souffrance au travail.       

Selon vous, qu’est-ce qui a présidé à votre nomination ?

L'appréciation et la reconnaissance portées par mes pairs sur le travail accompli, sur  la contribution au rayonnement de l'activité contentieuse et, plus généralement, à l'expertise et à la notoriété d'August & Debouzy.  
Cette nomination est aussi une grande marque de confiance en l'avenir. En cela, elle représente la plus belle récompense qui soit à ce niveau de ma carrière.

Quelles sont vos priorités pour votre département ?

Continuer d’assurer à nos clients une écoute et une assistance de tous les instants, en adéquation avec leurs métiers, dans une matière en évolution perpétuelle où de nouvelles sources contentieuses (prévention des risques psychosociaux, harcèlement moral, etc...), commandent plus que jamais que l'on ne se limite pas à dire le droit.