UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Elections au Conseil de l'Ordre du barreau de Paris : interview de Katia Merten-Lentz et Thierry Schoen

Interviews
Outils
TAILLE DU TEXTE

Le Monde du Droit a interrogé Katia Merten Lentz et Thierry Schoen, candidats au Conseil de l'Ordre du barreau de Paris pour le mandat 2020-2022.

Pourquoi vous présentez-vous ?

Thierry et moi, en tant que candidats des grands cabinets d'affaires, souhaitons contribuer à ce que notre Ordre représente les avocats dans toute leur diversité, pour lui donner plus de crédibilité auprès des différentes parties prenantes. En effet, notre futur Bâtonnier et Vice-Bâtonnière vont avoir besoin de soutien pour continuer à promouvoir Paris comme place internationale du droit, mais également pour rassembler l'ensemble des avocats parisiens.

Quels sont les principaux axes de votre programme ?

Nous souhaitons, principalement, contribuer à développer l'attractivité de la place de Paris.

L’Europe est confrontée à de grands défis, comme le Brexit, qui conduit les banques et d'autres institutions à rapatrier des équipes à Paris. Il est important que l'ensemble de nos confrères puissent bénéficier de cette opportunité.
Mais il est également primordial de continuer à contribuer au bien-être des avocats, en favorisant le développement de conditions d'exercice épanouissantes et valorisantes.
Les cabinets internationaux ont mis en place de bonnes pratiques sur les questions d'évolution de carrières, d'égalité des chances quel que soit son milieu, son origine, d'égalité femme/homme, d'aménagement de carrière pour les mères et les pères de famille, de formation, de responsabilité sociale et de bonne conduite au sein des cabinets.

Quels dysfonctionnements observez-vous au sein de l'Ordre et que proposez-vous comme solution ?

Il ne s’agit pas, selon nous, de dysfonctionnements, mais plutôt d’une perte de représentativité au sein du Conseil de l’Ordre, qui peut révéler un certain désintérêt des avocats pour cette institution.
Une grande partie du Conseil de l'Ordre est aujourd'hui constituée de pénalistes, d'avocats du contentieux et de civilistes, ce qui constitue bien évidemment une richesse inouïe. Il est cependant important que les avocats transactionnels et que les conseils en droit des affaires soient également représentés. Notre démarche est ainsi synthétisée par notre slogan de campagne : « pour un ordre qui nous ressemble et nous rassemble ».

Qu'avez-vous de plus que les autres ?

Nous ne dirions pas « de plus », mais « en complément » des autres candidats.
Thierry, qui a exercé dans le domaine des fusions & acquisitions, des marchés de capitaux, mais aussi dans d'autres domaines comme les grand contentieux financiers ou le droit fiscal, pourra partager avec l'Ordre sa connaissance approfondie de l'écosystème économique et financier, ainsi que son habitude du travail en équipe.

Katia pourra apporter à l’Ordre sa maîtrise des institutions Européennes et de leur fonctionnement, afin de faire rayonner davantage le Barreau de Paris à l'échelle européenne. Katia sera également en première ligne pour répondre aux préoccupations des avocats qui, comme elle, exercent à l’international et qu’elle pourra donc efficacement représenter au sein du Conseil.

Propos recueillis par Alice Magar