UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Daniel Chausse, Président de DS Avocats : "Le cabinet a créé We Law You afin d'offrir aux lauréats un accompagnement juridique unique"

Interviews
Outils
TAILLE DU TEXTE

daniel chausseInterview de Daniel Chausse, Président de DS Avocats, sur le concours We Law You.

Pourquoi avez-vous décidé de lancer ce concours ?

Le droit est une arme stratégique et un pilier de développement de toutes les entreprises. Pourtant par manque de temps et parfois de moyens, les start-up n’y voient pas un outil stratégique. Partant de ce constat, DS a souhaité s’investir auprès des structures dynamiques et entrepreneuriales comme de l'écosystème qui les entoure : incubateurs, accélérateurs, fonds venture, notamment. C'est la raison pour laquelle le cabinet a créé We Law You, afin d'offrir aux lauréats un accompagnement juridique unique. Ce projet permet également de rassembler toutes les équipes de DS qui sont fortement engagées dans sa conception.

Comment avez-vous présélectionné les start-up ?

Nous avons contacté une vingtaine d’incubateurs partenaires (HEC, Agoranov, Centrale – Audencia – Ensa, Neoma, Neuilly Lab, etc…) et les avons invité à sélectionner, parmi leurs incubés, les projets les plus prometteurs. Nous avons reçu trente-neuf dossiers de grande qualité parmi lesquels notre jury, composé de Ning Li, fondateur de Made.com, Claire Godron Directeur d’investissement chez Partech, Marie Christine Levet, fondatrice d’Educapital, Alain Clot Président de France Fintech et Jean-Hervé Lorenzi , Président de Finance Innovation ainsi que de trois associé(e)s de DS Avocats (Bernard Tézé, Arnaud Constant et Delphine Salla), a choisi dix start-up sur dossier et en fonction des critères suivants : le caractère innovant du projet, la qualité entrepreneuriale, la personnalité de l'équipe, l'originalité de l'offre ainsi que le business model et le potentiel de développement économique du projet.

Les start-up ont été reçues le 8 juin pour une présentation à l’issue de laquelle le jury a sélectionné les trois vainqueurs :

BHealthCare
Aliaume Breteau et Jean Baptiste de Chaisemartin : robotisation des prises de sang et poses de cathéters ;

Tryon
Jimmy Colomies, Sébastien Cagougnolle, Frédéric Baude, Ahmed Bili : méthanisation locale des déchets ;

My Job Glasses
Emilie Korchia et Frederic Voyer : plateforme d’aide à la sélection du premier emploi.

Les 7 autres projets nominés étaient Agriloops (fermes aquaponiques en eau salée, crevettes d’élevage made in France) ; Data For Life (tee shirts de tracking physiologique) ; Ezy Gain (tapis de rééducation intelligent) ; Heartbit (plateforme d’aide au diagnostic cardiologique) ; Marché-Privé.Boutique (marketplace 24/7 pour les commerçants de centre-ville) ; MeilleureCopro.com (plateforme d’aide à la réduction des charges de copropriété) et Pipplet (plateforme de tests linguistiques).

Qu'attendez-vous de ce concours ?

Nous souhaitons réussir le double pari de favoriser la croissance des acteurs de l’économie de demain tout en ne cessant de nous réinventer. Nous souhaitons créer un véritable accompagnement ou plus précisément une relation de partenariat avec nos lauréats, a la tête de structures qui si elles sont innovantes, restent jeunes. Deux qualificatifs significatifs d’une force et d’une certaine fragilité.

Résolument tourné vers l’entreprenariat, nous sommes toujours très attentifs aux évolutions d’un environnement économique sans cesse en mouvement. Plus particulièrement, nous avons souhaité nous inspirer de la créativité et de l’agilité qui caractérisent les start-up pour insuffler au sein du cabinet ce même esprit qui nous parait l’élément indispensable à l’accompagnement des évolutions de notre activité d’avocat.

Propos recueillis par Arnaud Dumourier (@adumourier)