Norton Rose Fulbright et R3 publient un livre blanc sur l’application des technologies de blockchain

Publié le 2 May 2017

Numériser la chaîne de valeur des assurances grâce aux blockchains ou d’autres technologies de registres distribués (TRD) pourrait révolutionner le secteur, selon un nouveau livre blanc publié par le cabinet d’avocats international Norton Rose Fulbright, en collaboration avec l’entreprise spécialisée dans l’innovation financière R3.

Le livre blanc de Norton Rose Fulbright et de R3 présente les utilisations potentielles des TRD dans le secteur de l’assurance et analyse les facteurs juridiques, réglementaires et commerciaux que l’industrie devra prendre en considération avant de pouvoir déployer ces technologies.

Facteurs macroéconomiques et exigences réglementaires, dans un contexte de marché atone, ont poussé les acteurs du secteur à investir dans de nouvelles technologies en cours de développement (dont les TRD), avec pourobjectif de réduire les coûts et d’augmenter la compétitivité et la rentabilité, tout en améliorant le service client.

Les nombreux acteurs du secteur de l’assurance échangent et négocient sur le fondement d’une importante quantité de données. L’un des enjeux consiste à sauvegarder les mêmes données au sein d’une même entreprise, afin de les utiliser indifféremment selon les différents cycles de vie de l’assurance d’un même risque sous-jacent ou d’un même volume d’affaires. Ces données nécessitent d’être rapprochées et contrôlées. La TRD possède le potentiel pour mettre un terme aux inefficacités associées aux rapprochements et à la vérification de données cloisonnées en les mettant à la disposition de tous les membres (ou de certains membres) du réseau concerné, en permettant le contrôle partagé de données de transactions spécifiques et leurs mises à jour pratiquement en temps réel.

Associées à des smart contracts et à des informations intégrées aux registres distribués par des dispositifs de l’Internet des objets (IdO) et autres sources de données ouvertes, les TRD peuvent permettre l’automatisation et la rationalisation des pans entiers de la chaîne de valeur des assurances, de l’acceptation des risques à la gestion des polices, en passant par le paiement des sinistres et la conformité réglementaire. Ce niveau d’automatisation réduira les inefficacités et les erreurs, en plus d’avoir le potentiel d’améliorer l’expérience client grâce à des produits d’assurance plus réactifs, avec un degré de certitude supérieur quant au résultat.

Un autre aspect, tout aussi enthousiasmant que les avantages offerts par la numérisation de la chaîne de valeur grâce aux TRD et aux smart contracts, réside dans le potentiel de développement de nouveaux produits et de nouveaux modèles commerciaux innovants qui pourraient révolutionner l’industrie. Afin de réaliser la véritable valeur ajoutée des TRD et des applications de celles-ci secteur entier des assurances, une approche cloisonnée est à éviter. En effet, les acteurs de l’assurance devront collaborer avec ceux du secteur des technologies de l’information et diverses autres organisations. La collaboration s’étendra aux pouvoirs publics afin de s’assurer que les cadres réglementaires évoluent dans le même sens que celui du secteur.

Nicholas Berry, responsable de l’équipe de Norton Rose Fulbright ayant rédigé le livre blanc, commente : « Nous sommes ravis de publier, en collaboration avec R3, ce livre blanc qui propose des cas pratiques d’utilisation des technologies des registres distribués dans le secteur de l’ assurance. La technologie des registres distribués, en soi et en tant que moteur de technologies connexes, a le potentiel de révolutionner les produits et services d’assurance, ainsi que la manière de concevoir le marché. Le changement de mentalité des acteurs du secteur, qui s’ouvrent aux nouvelles manières dont les processus traditionnels peuvent être améliorés grâce aux nouvelles technologies, s’accélère. »

Sean Murphy, responsable des questions de blockchain, de technologie des registres distribués et des smart contracts chez Norton Rose Fulbright, précise : « Le secteur de l’assurances est caractérisé par ses systèmes historiques chers à entretenir. La technologie des registres distribués offre cette possibilité de transformer le secteur tout en permettant de réduire les coûts.L’assurance n’est pas le seul secteur qui pourrait bénéficier de cette technologie. »

David Rutter, PDG de R3, ajoute : « La technologie des registres distribués possède un potentiel exceptionnel pour le secteur de l’assurance, particulièrement pour la manière dont les assureurs gèrent et utilisent les données. R3 compte désormais de nombreuses compagnies d’assurances dans sa base de clients. Nous explorons et développons des applications qui améliorent l’efficacité des processus d’assurance tels que la gestion des sinistres et le paiement des indemnisations. Afin de poursuivre dans cette voie, nous avons récemment lancé un centre d’excellence pour les TRD en collaboration avec ACORD, qui vise à encourager le partage d’informations et le travail collaboratif au sein de l’industrie des assurances. »

Accès cabinets

Se souvenir de moi