Les clicwalkers ne sont pas des salariés

Décryptages
Outils
TAILLE DU TEXTE

La chambre criminelle de la Cour de cassation juge que les particuliers qui, via une application téléchargée sur leur téléphone, effectuent sur la base du volontariat pour le compte d'une société des missions telles que fournir des informations sur leurs habitudes de consommation ou donner leur avis sur des produits, n'exécutent pas une prestation de travail sous un lien de subordination.

Une société a pour activité de collecter puis de traiter, pour le compte de marques ou d'enseignes, des données commerciales dites de "terrain" recueillies par des particuliers appelés "clicwalkers" qui, à partir d'une application gratuite téléchargée sur leur téléphone, effectuent pour le compte de cette société des missions.Celles-ci peuvent consister à fournir des informations sur leurs habitudes de (...)

 

L'article complet est réservé aux abonnés

Vous êtes abonné(e) à LegalNews ? Identifiez-vous
Je m'identifie
 
 
Pour découvrir nos formules d'abonnement,
Je m'abonne