UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

GLN sur la création d'African Agriculture Fund et son premier closing à USD 135 millions

Deals
Outils
TAILLE DU TEXTE

Gide Loyrette Nouel conseille un pool de DFIs sur la création d'African Agriculture Fund et son premier closing à USD 135 millions

Gide Loyrette Nouel (GLN) a conseillé un pool d'institutions financières de développement (DFIs) européennes, comprenant l'Agence Française de Développement (AFD), l'Agence Espagnole de Coopération Internationale pour le Développement (AECID), Promotion et Participation pour la Coopération économique (Proparco) et le Fonds International pour le Développement Agricole (IFAD), ainsi qu'un certain nombre de DFIs africaines, incluant la Banque de Développement Africaine (AfDB), la Banque de Développement d'Afrique du Sud (DBSA), la Banque de Développement Ouest-Africaine (BOAD) et la Banque d'Investissement et de Développement ECOWAS (EBID), en tant qu'investisseurs à responsabilité limitée, concernant la structuration et la mise en place du fonds de private equity African Agriculture Fund (AAF) composé de véhicules parallèles, mauricien et sud-africain.

AAF, un fonds de private equity visant à répondre à la crise alimentaire qui a sévèrement touchée le continent en 2008 dans le sillage de l'escalade des prix alimentaires, a pour objectif d'investir dans l'industrie alimentaire en Afrique. AAF a atteint lors de son premier closing en novembre 2010 un niveau de souscription de USD 135 millions, pour un objectif total de USD 300 millions.

Le champ d'intervention de GLN inclut également l'organisation d'un appel d'offres international pour la sélection du gérant d'AAF, Phatisa Fund Managers Limited. Afin de remédier à la sous-capitalisation chronique de l'agriculture et des secteurs liés en Afrique, le fonds est doté d'un mécanisme novateur visant à attirer les capitaux du secteur privé. Des investisseurs de tête, tels AFD et AECID ainsi que BOAD et EBID, ont structuré leurs participations en un mécanisme visant à supporter le risque des premières pertes qui fournira aux investisseurs privés d'AAF un rendement accéléré. Une attention particulière a également été apportée à la mise en place de critères forts relatifs à l'Investissement Socialement Responsable (SRI) et à la conformité, en vue d'assurer un résultat positif et optimal en matière de développement.

Les promoteurs du fonds AAF étaient conseillés par Stéphane Puel, associé, et Julien Vandenbussche, collaborateur senior, de l'équipe Fonds d'investissement de GLN. Ils étaient assistés par Africa Legal concernant les aspects de droit anglais et sud-africain, et par Muhammad Uteem Chambers pour les aspects de droit mauricien.