Widr Pay : un nouveau service de paiement à la rescousse des avocats

Legaltech
Outils
TAILLE DU TEXTE

Depuis quelques semaines, les avocats reprennent le chemin des tribunaux, après 4 mois de turbulences qui ont fortement impacté leur activité et leur trésorerie : une grève sans précédent de la profession contre la réforme des retraites, suivie par la pandémie du Covid-19 qui a mis la justice française à l’arrêt. Au bord du gouffre, ils sont près de 30% à envisager une solution radicale pour s’en sortir : changer de métier ! (Observatoire du Conseil National des Barreaux – avril 2020). Pour les aider à rebondir et répondre concrètement à leurs enjeux financiers, Widr, startup spécialisée dans les solutions numériques pour les avocats, s’attaque au problème en lançant Widr Pay, le premier outil de paiement en ligne de la profession.

Recommandée par le Réseau National des Incubateurs des Barreaux (RNIB) cette solution poursuit un double objectif : lutter contre les impayés et accélérer le paiement de leurs honoraires, en réduisant le délai à 39h contre 3 mois en moyenne.

« Widr Pay est aujourd’hui notre activité principale, derrière nos outils de productivité : nous avons en effet constaté que la vraie priorité des avocats se situait au niveau de leur trésorerie. La profession souffrait déjà avant la crise de délais de paiement très longs, d’une comptabilité artisanale pour la plupart des cabinets (tableaux excel…) et de l’impossibilité d’utiliser des outils grand public comme Paypal dans la mesure où ces derniers ne sont pas conformes au règlement intérieur national du secteur (RIN). Nous avons donc lancé Widr Pay, outil de paiement d’honoraires en ligne, via carte bancaire ou prélèvement. La solution a d’ailleurs vite porté ses fruits. Dans les deux premières semaines qui ont suivi son lancement, plus de 150 000 euros de factures ont été envoyées via notre outil, dont la moitié réglée sous 39h », explique John Banner, fondateur de Widr Pay.

Un outil numérique inédit sur le marché, élaboré en partenariat avec des cabinets d’avocats

Widr élargit son offre avec Widr Pay, une solution de paiement en ligne. La startup a constitué un board « Visionnaires », composé d’avocats, d’experts-comptables, d’huissiers de justice et de juristes pour concevoir ce nouvel outil. Simple et sécurisé, il permet d’obtenir plus rapidement le règlement de ses honoraires et, in fine, de disposer d’une trésorerie suffisante pour boucler ses fins de mois.

« Face à la crise, la force d’organisation comptable est devenue un enjeu prioritaire et une question de survie : rappelons en effet que la profession compte seulement 4% d’avocats salariés. Les 96% restants n’ont donc pas eu accès au chômage partiel par exemple ; ils doivent trouver d’autres issues pour sécuriser leur situation et notamment leur trésorerie ! Si beaucoup de LegalTech leur proposent des outils pour être plus productifs, nous avons souhaité aller un cran plus loin et proposer une solution qui leur permette de répondre efficacement à leurs problématiques financières, aggravées aujourd’hui par la crise. La différence est nette : une fois Widr Pay installé, les avocats récupèrent quasi-instantanément de la trésorerie » explique John Banner.

Concrètement, comment cela fonctionne ?

Widr Pay s’installe en ligne gratuitement, en quelques minutes, avec un simple IBAN. L’avocat accède ensuite à un tableau de bord qui lui permet de télécharger ses factures, et de les envoyer à ses clients en entrant simplement leur adresse mail. Il peut également intégrer un lien de paiement sur son site de cabinet (exemple : djs-avocats.widrpay.com) ; une option choisie par 60% des utilisateurs.

Le règlement s’effectue ensuite par carte bancaire, comme sur un site marchand, ou par prélèvement SEPA (pour les paiements ponctuels ou mensuels).

L’envoi et les rappels de factures sont gérés par une intelligence artificielle pour maximiser le taux d’ouverture du mail de facturation et donc le paiement.

L’avocat voit ainsi ses règlements accélérés : une moyenne de 39h est observée par les utilisateurs, contre 3 mois en moyenne par chèque ou par virement. L’avocat est informé en temps réel de chaque nouveau règlement (avant même sa banque !) et son client reçoit un reçu bancaire instantané suite à son paiement.

Pour sécuriser les transactions, Widr Pay s’est associé à Stripe, solution notamment utilisée par Uber pour le paiement des courses et habituellement utilisée par les sociétés technologiques.

Il permet à Widr Pay de pouvoir assurer la sécurité des paiements par Carte Bancaire (Visa et Mastercard), Prélèvement (SEPA Direct) mais aussi par Google Pay et Apple Pay, dans 135 devises.

Widr Pay ambitionne de dépasser 1 million de transactions par mois d’ici la fin de l’été

En développant cette solution de paiement inédite, Widr recentre son business model sur les transactions passées sur Widr Pay, en appliquant 1,85 % de frais pour les paiements en carte bleue et 1,35 % de frais pour les paiements par IBAN sur chaque opération réalisée. La solution peut toutefois être totalement gratuite pour l’avocat s’il décide que les frais sont à la charge de son client au moment de l’envoi de facture (sous forme de frais de service). Pour les grands comptes, Widr Pay propose une tarification sur-mesure.

La start-up s’est fixée pour objectif d’atteindre 1 million de transactions par mois sur Widr Pay d’ici la fin de l’été, en France et aux États-Unis, principales zones géographiques dans lesquelles elle est implantée. Pour réussir son pari, elle peut s’appuyer sur la recommandation des institutions les plus influentes de la profession :

- Praeferentia, la principale centrale de référencement qui s’adresse à plus de 67 000 avocats en France métropolitaine et en outre-mer ainsi qu’aux institutions professionnels (Ordres, École de formation, CARPA, UNCA). Grâce à cette alliance, les membres de de Praeferentia se voient offrir les frais bancaires sur Widr Pay.

- Le Réseau National des Incubateurs des Barreaux, acteur du développement et de la transformation numérique qui représente les 12 plus grands Barreaux de France. Le RNIB a recensé Widr Pay dans une circulaire envoyée à l’ensemble des bâtonniers de France, visant à lister les outils numériques qui peuvent participer à rebondir à « l’après confinement ». 

En parallèle, Widr Pay commence à être accessible aux huissiers et aux structures non juridiques (agences web, professions libérales et petites structures habituellement réglées par chèque ou virement).

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.