UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Restructuration de l’activité française du groupe américain Toys "R" Us

Deals
Outils
TAILLE DU TEXTE

De Pardieu Brocas Maffei a conseillé Toys "R" Us France dans le cadre de la reprise des activités françaises du groupe suite au redressement judiciaire ouvert depuis fin juillet, permettant ainsi de sauver l’essentiel de ses 1152 salariés répartis dans 53 points de vente, après la liquidation en mars dernier de la maison-mère américaine et la fermeture des 735 magasins de l’enseigne aux Etats-Unis.

depardieubrocasmaffeiLe tribunal de commerce d’Evry a rendu ce lundi 08 octobre 2018 sa décision et a retenu l’offre de reprise de la société Jellej Jouets détenue par le fonds Cyrus Capital, l’un des créanciers de la maison mère-américaine de Toys "R" Us, associé à l’enseigne française Picwic qui compte 25 magasins de jouets en France et à l’industriel Tony Lesaffre.

Son offre prévoit la reprise de 44 magasins et 1.036 salariés. Ils s'engagent à accorder à l'enseigne une ligne de crédit de plus de 70 millions d'euros, en plus du prix de cession, dont plus de 50 millions seront dédiés au financement des stocks.

Trois offres de reprise avaient été déposées au Tribunal d’Evry pour la filiale française de Toys "R" Us : Financière Immobilière Bordelaise, Pierre Mestre et Jellej Jouets.

Toys "R" Us France était conseillé par le cabinet De Pardieu Brocas Maffei dont l’équipe était composée de Joanna Gumpelson, associée, et Salim Lemseffer pour les aspects de restructuration, de Nadine Gelli, associée, et Sonia Bouaffassa, counsel, pour les aspects de droit fiscal, et de Philippe Rozec, associé, et Isabelle Dauzet et Louise Thiébaut pour les aspects de droit social.

Le comité ad hoc des créanciers "DIP" était conseillé par le cabinet Linklaters dont l’équipe était composée de Aymar de Mauléon, associé, de Carole Nerguararian, counsel, et de Pierre Fleuriot sur les aspects de restructuration, et Rhéa Christophilopoulos, counsel, pour les aspects de financement.

Les entités américaines du groupe Toys "R" Us (actionnaires) étaient conseillées aux Etats-Unis, par le cabinet Kirkland & Ellis, et en France, par le cabinet Orrick dont l’équipe était menée par Saam Golshani et Alexis Hojabr, associés, et était composée d’Alice Leonard sur les aspects corporate et restructuring, Frédéric Lalance, associé, et Emmanuel Avramesco sur certains aspects stratégiques et Hélène Daher, associée, sur les aspects de droit social.

Jellej Jouets était conseillé par le cabinet Vivien & Associés dont l’équipe était composée de Laurent Assaya, associé, et Grégoire Charlet.

Financière Immobilière Bordelaise (FIB) était conseillée par le cabinet Pardo et associés avec Olivier Pardo et Mickaël Benmussa, associés.

Pierre Mestre était conseillé par le cabinet Gibson Dunn dont l’équipe était composée de Jean-Pierre Farges, associé, et Charles Peugnet.