UTILISATION DES COOKIES : en poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer une navigation personnalisée, des publicités adaptées à vos centres d’intérêts et la réalisation de statistiques. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici 

Laurence Kiffer : « Je veux sensibiliser les clients à l’évolution du droit et des pratiques juridiques afin qu’ils puissent atteindre leurs objectifs »

Interviews
Outils
TAILLE DU TEXTE

Le Monde du Droit a interrogé Laurence Kiffer qui a décidé de créer son cabinet

Pourquoi avez-vous décidé de créer votre cabinet ?

Parce que c’était le bon moment.

J’exerce depuis 1988, j’ai connu différentes structures de cabinet. Ensuite, les demandes et les attentes des clients ont beaucoup évolué : leur vision et utilisation du droit, et le rôle de celui-ci dans la gouvernance ont considérablement changé dans l’entreprise. Mais, surtout, après un mandat de 3 ans au Conseil de l’Ordre du Barreau de Paris au cours duquel j’ai été sensibilisée à l’évolution de la profession, j’ai souhaité exercer de manière différente : plus de flexibilité, mettre en place des équipes dédiées à chacun des dossiers en fonction des clients, bénéficier des dernières avancées technologiques appliquées au droit, gérer les dossiers en mode projet… Les clients, le droit, l’arbitrage changent, l’avocat doit s’adapter !

Quel est votre positionnement sur le marché ?

Arbitrage, contentieux, médiation. Mon offre de services, en terme de domaines de pratique, reste la même, à savoir le règlement des différends internationaux par des modes amiables ou contentieux tant en qualité de conseil, que de médiateur ou d’arbitre. C’est plutôt la méthode de travail et les outils que je souhaite plus innovants. Agilité, adaptabilité, innovation, et surtout être perçu comme un avocat garant du droit mais ouvert aux autres dimensions de chaque dossier.

Quels sont vos objectifs ?

Sensibiliser les clients à l’évolution du droit et des pratiques juridiques afin qu’ils puissent atteindre leurs objectifs.
Etablir un nouveau mode de relations entre confrères au service du client par le biais de plateformes dédiées.
M’inscrire dans le courant actuel de réflexion sur l’interaction des juristes et des legaltech.

Propos recueillis par Arnaud Dumourier (@adumourier)