Le monde du droit

Lundi 30 mai 2016

  •  
  •  
  •  
Vous êtes ici : Home
Peter, cet assistant virtuel qui veut simplifier le droit des start-up

Peter, cet assistant virtuel qui veut simplifier le droit des start-up

{cmp_start...

Louison Dumont a créé Peter, un assistant virtuel qui génère des contrats-types pour les start-up...

{cmp_end}
Parasitisme d’un site internet : pas besoin de démontrer un risque de confusion

Parasitisme d’un site internet : pas besoin de démontrer un risque de confusion

{cmp_start...

Le risque de confusion entre les produits ou leur origine n’est pas à démontrer pour...

{cmp_end}
Lutte anti-corruption : les entreprises françaises ne sont pas au point

Lutte anti-corruption : les entreprises françaises ne sont pas au point

{cmp_start...

Les dirigeants d’entreprises françaises reconnaissent que leurs programmes de lutte contre la...

{cmp_end}
Avocats d’affaires : à la recherche d’une stratégie digitale

Avocats d’affaires : à la recherche d’une stratégie digitale

{cmp_start...

Face aux changements introduits par le développement du numérique sur le marché du droit, les...

{cmp_end}
Les salaires des juristes d’entreprise augmentent entre 7% et 12%

Les salaires des juristes d’entreprise augmentent entre 7% et 12%

{cmp_start...

L’AFJE  a dévoilé son enquête sur la rémunération des juristes d’entreprise 2016 qui révèle...

{cmp_end}

Un cours de droit dispensé à l'oral ne constitue pas une oeuvre de l'esprit

Envoyer Imprimer PDF
Le cours oral de droit, "inspiré d'ouvrages antérieurs de droit pénal et qui reprend, outre des textes de loi et des références de jurisprudence, un cheminement classique ainsi que des expressions couramment utilisées pour permettre aux étudiants d'intégrer des notions de droit pénal nécessaires dans le cadre de leurs préparation aux examens et concours", ne constitue pas une oeuvre originale et ne bénéficie pas du régime de protection contre la contrefaçon. 

Un enseignant-chercheur et chargé de TD, M. X., a dispensé un cours oral de droit pénal. Il a porté plainte contre l'enseignant M. Y. pour contrefaçon de ses droits d'auteurs. En effet, M. Y. aurait repris le plan, de larges extraits, des idées et des concepts originaux dans la rédaction d'un ouvrage "CRFPA/ENM, l'épreuve de droit pénal" et se serait attribué la paternité de l'oeuvre illicitement.
Une ordonnance de non-lieu a été rendue par le juge de l'instruction. M. X. a donc fait appel.

La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris, dans un arrêt en date du 16 novembre 2010, a confirmé l'ordonnance de non-lieu rendue par le juge d'instruction.

M. X. se pourvoit alors en cassation. Il souligne à cet effet que son cours revêt un caractère original de par son "originalité structurelle". Il rappelle notamment des choix arbitraires sur l'ordre dans lequel aborder certains thèmes ou encore le choix de définir certaines notions dans une partie plutôt qu'une autre, un choix personnel à contre-courant de la majorité des enseignants et écrivains sur le sujet.

La Cour de cassation, dans un arrêt du 18 octobre 2011, rejette le pourvoi. En effet, c'est à raison que la cour d'appel a retenu que la démarche décrite par l'enseignant ne constitue en aucun cas la marque d'une oeuvre nouvelle ou originale, aucun élément ne permettant de retenir que le cours présente une structure marquant un effort créatif portant l'empreinte de la personnalité de leur auteur mais que, bien au contraire, il adopte un plan classique. Le cours oral de M. X., "inspiré d'ouvrages antérieurs de droit pénal et qui reprend, outre des textes de loi et des références de jurisprudence, un cheminement classique ainsi que des expressions couramment utilisées pour permettre aux étudiants d'intégrer des notions de droit pénal nécessaires dans le cadre de leurs préparation aux examens et concours", ne constitue pas, en l'espèce, une oeuvre originale. Toute action en contrefaçon est alors infondée.

© LegalNews 2012

 

Bénéficiez d'un essai gratuit à LegalNews


LegalNews , veille juridique et comptable

  • Un service de veille multi-sources unique sur le marché : une ouverture sur l’ensemble des sources de références de l’information juridique
  • Chaque jour, la garantie d’être informé en temps réel de toute l’actualité indispensable à votre profession (alertes thématiques, alertes sur mots-clés…)
  • Une information claire, précise et rapide à appréhender, grâce à des synthèses élaborées par des spécialistes et l’accès direct aux textes officiels

LegalNews vous offre une surveillance exhaustive de l’actualité juridique (presse, revues juridiques, sources officielles et institutionnelles…). Recevez votre sélection d’informations sur-mesure en fonction de votre activité pour vous concentrer sur la véritable valeur ajoutée de votre métier.

Pour bénéficier dès maintenant de 15 jours d’essai gratuit et sans engagement grâce au Monde du Droit, cliquez ici