Le monde du droit

Lundi 26 juin 2017

Vous êtes ici : Interviews / Portraits Matthieu Grollemund, Associé, Baker McKenzie

Matthieu Grollemund, Associé, Baker McKenzie

Envoyer Imprimer PDF

Matthieu Grollemund, Associé, Baker McKenzieInterview de Matthieu Grollemund qui vient de rejoindre Baker McKenzie en tant qu'associé afin de renforcer la pratique Corporate du bureau de Paris du cabinet d'avocats d'affaires international.

Pourquoi avez-vous décidé de rejoindre Baker McKenzie ?

Baker McKenzie est une plateforme internationale de premier plan qui a de solides compétences en matière de fiscalité et de financement du Private Equity à Paris et en Europe. Par ailleurs, le cabinet dispose de la plus forte expertise France / Asie.

Qui a le plus influencé votre carrière ?

Tom Kruger, ancien patron du Corporate de Paul Hastings à New York, m’a considérablement influencé dans ma carrière. Les 6 années passées dans son bureau, voisin du mien à New York, ont été parmi les plus exaltantes de ma carrière ; il faut dire que les années de crise financière ont été très marquantes aux Etats-Unis.
Jean-Pierre Martel a également été un modèle et j’ai eu beaucoup de plaisir à travailler avec lui.

Quel est votre meilleur souvenir dans votre carrière ?

Beaucoup sont malheureusement couverts par le secret professionnel mais la participation au succès de start-up comme Criteo ou BlaBlaCar est extrêmement motivante.

Quels sont vos domaines de compétences ?

Nous assistons nos clients dans leur expansion internationale, par la levée de fonds, l’acquisition de cibles ou la conclusion de contrats d’alliance ou de joint-venture. Nous intervenons aux Etats-Unis, en Europe et en Asie, sur le coté et le non-coté. Nous assurons également le suivi des opérations boursières et les éventuelles restructurations / renégociations de ces accords / opérations.

Quelles sont, selon vous, les actualités marquantes de ces dernières semaines dans ces secteurs d'activité ?

Le marché est en surchauffe : les capitaux sont surabondants et beaucoup d’opérations sont menées à bien, ce qui peut devenir un risque in fine.

Qui conseillez-vous ?

Notre clientèle est très variée : des acteurs du Private Equity comme Wendel, Eurazeo ou encore Cobepa, des acteurs du venture capital tels qu’Accel, Lead Edge Capital ou Idinvest Partners, des sociétés de croissance et des groupes cotés.

Quels sont vos objectifs pour ce cabinet ?

L’ambition est de renforcer l’activité transactionnelle de Baker McKenzie et de bâtir une pratique de Private Equity d’excellence en Europe dans la mesure où la majorité des clients du cabinet font des deals cross border.

Propos recueillis par Arnaud Dumourier (@adumourier)