Les huissiers de justice veulent continuer de se moderniser

Décryptages
TAILLE DU TEXTE

Patrick SanninoA l'occasion des voeux de la Chambre Nationale des Huissiers de Justice (CNHJ), Patrick Sannino, Président de la CNHJ, a réaffirmé l'ambition de rendre la profession d'huissier de justice plus moderne.

2017 sera "une nouvelle année de défis pour les huissiers" de justice selon Patrick Sannino, Président de la CNHJ. Lors de ses voeux, le 17 janvier 2017, il a rappelé qu'en 2016, "les premières dispositions de la loi « croissance et activité » ont été mises en oeuvre". "Cette montée en puissance va se poursuivre cette année, avec toutes les évolutions qu’elle induit, pour nous conduire in fine à la création du commissaire de justice à compter de 2022".

Le Président de la CNHJ souhaite continuer dans cette voie en faisant de la profession "une profession inscrite au cœur des questions économiques et sociales, une profession qui sait se remettre en cause, pour aller vers l’innovation et répondre aux nouveaux besoins, une profession encore plus utile à notre pays, à nos institutions et à nos concitoyens".

Pour accompagner les huissiers de justice dans la transformation de la profession sous l'effet notamment du numérique, Patrick Sannino veut renforcer la formation : "notre profession est riche de son histoire, qui fait notre fierté. Mais notre devoir est de nous projeter dans l’avenir. De construire la profession de demain, en particulier autour d’une formation encore plus efficiente" a t-il affirmé.

Car 2017 sera, évidemment, une nouvelle année de défis pour les huissiers de justice. En 2016, les premières dispositions de la loi « croissance et activité » ont été mises en oeuvre. Cette montée en puissance va se poursuivre cette année, avec toutes les évolutions qu’elle induit, pour nous conduire in fine à la création du commissaire de justice à compter de 2022.

La Chambre nationale et son Bureau ont beaucoup travaillé, avec la volonté que cette transformation devienne un outil de développement, au bénéfice de toute la profession. Dans la diversité qui fait sa force.

Nous allons poursuivre en 2017 dans cette voie. Notre détermination est encore plus grande, à l’image de ce que disait Clemenceau : « Il faut savoir ce que l’on veut. Quand on le sait, il faut avoir le courage de le dire. Quand on le dit, il faut avoir le courage de le faire. »

Ce que nous voulons, ce que je veux, pour cette belle profession, nous le savons. Et je le dis sans fard :

- une profession de haut niveau, plus moderne encore, fondée sur l’excellence juridique

notre profession est riche de son histoire, qui fait notre fierté. Mais notre devoir est de nous projeter dans l’avenir. De construire la profession de demain, en particulier autour d’une formation encore plus efficiente.

notre profession est riche de son histoire, qui fait notre fierté. Mais notre devoir est de nous projeter dans l’avenir. De construire la profession de demain, en particulier autour d’une formation encore plus efficiente.

Les huissiers de justice sont très fiers d’en être le bras, chargé d’exécuter les décisions, toujours avec l’humanité et le respect de la dignité qui nous caractérisent. Nos concitoyens ne doivent jamais oublier que sans efficacité de la justice, la garantie de leurs droits n’existe plus.

Arnaud Dumourier (@adumourier)